MINI-BIOGRAPHIES

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W XYZ
(Cliquer sur l'index pour changer de page)

E


Les informations dont nous disposons sont quelques fois très succintes et ne nous permettent pas vraiment de réaliser une fiche biographique conventionnelle. Aussi, nous ajoutons cette série de pages (en ordre alphabétique) pour diffuser les quelques renseignements que nous possédons sur les personnages ne faisant pas l'objet d'une Fiche biographique...



 Éblinger, Jean

Compositeur et auteur, entre autres, de la musique de :

"La java de Cézigue" (paroles de René-Paul Goffre) - 1927

"Peut-être" (paroles de Louis Despax) - 1927

"Ploum, Ploum, Ploum" (paroles de Paul Briquet) - 1928 [ Georgius]

"C'est un petit nid" (paroles de René-Paul Goffre) - 1929

"Les vaches et les cochons" (paroles de Georgius et d'André Decaye) - 1929 [ Georgius]

"Si vous en avez" (paroles de Georgius) - 1929 [ Georgius]

"Quand je danse avec lui" (paroles de Louis Despax) - 1930 [ Marie Dubas]

"Imprudentes" (paroles de Georgius) - 1929 [ Georgius]

Petit format en provenance du site imagesmusicales.be



 Elvell

On connaît peu de choses sur cet Elvel (souvent épellé Elvell, Elwell ou Elwel), né Eugène Sylvain Besson dans le Cher (à Bourges) en 1880 et décédé en Bourgogne (à Prémery) en 1944 sinon qu'il a eu une longue carrière.

Sa discographie est, pour ainsi dire, inexistante : une quarantaine de titres, à peu près tous enregistrés sur des petites marques (Aérophone, Arion, Aspir, Eden, Ideal) et dans lesquels on retrouve des chanson créées par Mayol (surtout), Fragson, de même que quelques créations qui n'ont guère eu une longue vie. Et tous enregistrés entre la fin de 1908 et janvier 1912.

Les petits formats à son effigie sont plutôt rares.

Par contre, ses prestations sur scène seraient dignes d'être citées en entier ne serait-ce que pour le nombre impressionnant de salles et de cafés-concerts où il a chanté presque sans interruption, de 1900 à 1935, sauf entre 1914 et 1918 où il fut vraisemblablement mobilisé.

On le dit "chanteur fantaisiste". Sa voix est claire, sa diction impeccable, telle qu'on peut l'entendre sur le disque suivant, une rareté, de marque Aerophone, n° 1084, enregistré en mars ou avril 1911, dans une chanson intitulé, paroles et musique d'Arezzo :

"Puisqu'on n'a qu'les dimanches"