MINI-BIOGRAPHIES

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W XYZ
(Cliquer sur l'index pour changer de page)

K


Les informations dont nous disposons sont quelques fois très succintes et ne nous permettent pas vraiment de réaliser une fiche biographique conventionnelle. Aussi, nous ajoutons cette série de pages (en ordre alphabétique) pour diffuser les quelques renseignements que nous possédons sur les personnages ne faisant pas l'objet d'une Fiche biographique...



 Kadoudja

Interprète d'origine algérienne qui chanta des airs de son pays et de la Guadeloupe (sic) dans les années mil huit cent soixante.

"La vie parisienne. Étoiles éteintes" Article de Santillane
paru dans Gil Blas samedi 4 octobre 1902 Source Gallica

Il y avait aussi la magnifique Kadoudja, Algérienne aux yeux de gazelle, à la bouche pareille à une fleur de pourpier, et faite comme le sont ces admirables filles d’Afrique, aux hanches souples et aux pieds menus...

Voir à : Paulus, Mémoires, chap. 6.







Petits et grand formats de
Claire Simon-Boidot.

 Kaïser, Augustine

Interprète (contralto) née le 20 juin 1845 à Louhans (Saône et Loire - 71) de Auguste Kaïser, sans profession et sans domicile fixe et de Jeanne Moreau, 21 ans. On imagine que sa petite enfance n'a pas dû être facile.

Dans les années soixante et soixante-dix, elle était une vedette "locale" dans le sud de la France.

En 1867, elle passe à l' Eldorado.

Chanta, semble-t-il, jusqu'au début des années quatre-vingt car on la retrouve alors à l' Éden-Concert.

A 64 ans, elle décède à Paris (10ème) à l'hôpital Lariboisière, le 15 février 1909.

"La vie parisienne. Étoiles éteintes" Article de Santillane
paru dans Gil Blas samedi 4 octobre 1902 Source Gallica

(...) Ainsi encore de Kaïser, Augustine Kaïser, voix superbe, plantureuse créature aux chairs fermes et saines ‑ d’une distinction plutôt relative. On disait qu’elle ne lisait que l’imprimé. Le fait est que jamais les auteurs ne lui ont vu parcourir une chanson. Quand ils venaient lui offrir une nouveauté, elle les faisait asseoir et leur disait gentiment : « Vas-y, lis-moi ça ». Mais, sous ses apparences un peu vulgaires, elle était fine et avisée, et savait parfaitement démêler ce qui lui convenait. Ses derniers succès furent : A bas les Hommes ! et les Tripes à la mode de Caen. On m’assure qu’elle chante encore dans des établissements de la Chapelle, de Charonne ou de Montpernasse, comme on dit par là. Brave Kaïser, qui fut si bonne !...(...)

Voir aussi à : Paulus, Mémoires, chap. 4.

Article de Jules Célès
paru dans l'Almanach des cafés chantants en 1869 Source Gallica

Ses tics. Ils ne sont pas méchants : elle n'a que ceux de vouloir se croire un personnage depuis qu'on l'applaudit à l'Eldo, et de vouloir son portrait sur toutes les chansons qu'elles crée !..


Merci à Claire Simon-Boidot pour les recherches, les actes d'état civil et l'iconographie.



 Kelm, Joseph

Joseph Cahen dit Joseph Kelm, né en 1802 ou 1812, mais plus probablement en 1807 et décédé en 1883.

Il débute en 1839 au Théâtre de la Renaissance pour poursuivre une carrière lyrique à Paris et en province et aborder sur le tard la chansonnette et l'opérette.

Il fut le Sancho de  Don Quichotte et Sancho Pança d'Hervé à l'Opéra National du boulevard du Temple mais fut surtout connu au Music-Hall pour son interprétation du "Sire de Framboisy" d'Ernest Bourget et Laurent de Rillé (1855).

Son neveu, Fernand, fut un temps le directeur de l'Alcazar.

Voir anecdotes et autres renseignements à : Paulus, Mémoireschap.5 et 25