(Collection Jean-François Petit)





Théodore Botrel

La lettre du gabier

Paroles et musique de Théodore Botrel

Editeur : Librairie Beauchemin, Montréal (Chansons de Botrel pour l'école et le foyer) - 1903


Paroles

Hier matin, notre commandant,
Nous a dit que le bâtiment
S'en allait partir à la guerre :
Par la présente votre fieu
S'en vient vous dire son adieu,
Bonne Grand'Mère !

J'aurais bien voulu, core un coup,
Mettre mes bras à votre cou,
Tout comme au temps de mon enfance :
Mais, l'un et l'autre, oublions pas
Qu'à-présent votre petit gâs
Est à la France !

Paraît qu'on va voir les Chinois;
J'espère ben qu'avant six mois
Ils seront battus par les nôtres !
Si l'on débarque, faudra voir :
Je saurai faire mon devoir.
Comme les autres !

Je veux être le mieux noté
Pour m'en revenir breveté,
Peut-être même quartier-maître !
Avec mes galons frais cousus...
Je rirais si vous n'alliez plus
Me reconnaître !

Si je meurs ? dam ! faut tout prévoir ! ?
Vous prierez pour moi, chaque soir,
Madame la Vierge Marie :
Dites-vous, dans votre chagrin,
Que je suis mort, en bon marin,
Pour la Patrie !

Voici qu'on sonne le départ !...
Embrassez, tout doux, de ma part,
Celle... à qui, chaque jour, je pense;
Qu'elle me conserve son cœur :
Il sera, si je suis vainqueur,
Ma récompense !

Adieu ! Pour de bon cette fois...
D'autant que, vraiment, je ne vois
Plus rien autre chose à vous mettre...
Votre Yvon, élève gabier,
Qui, sans finir de vous aimer,
Finit sa lettre !"


Voir également nos pages "Botrel et Mayol" et " Répertoire Mayol"

    
(extrait de Paris Qui Chante n° 127 du 25 juin 1905)


Note  : Un gabier était un matelot de la gabie (la hune : plate-forme intermédiaire dans les mâts). Puis, par extension, un matelot spécifiquement affecté à travailler dans la mâture aux manœuvres et à l'entretien du gréement (mâts, vergues, voiles, manœuvres courantes et dormantes...) Aujourd'hui, l'appellation de gabier subsiste dans la marine de guerre et désigne un matelot de la spécialité de manœuvrier de faction à la coupée, équipé d'un sifflet de gabier et chargé de rendre les honneurs (saluts par des coups de sifflets lorsqu'une autorité monte ou quitte le bord).