Georgius



Ah ! Quelle vie qu'on vit !

1930

Chanson créée par Georgius

Musique de Jean Lenoir


Paroles

La vie d'aujourd'hui
Est une tartine d'ennui.
On court, on piétine,
On s'abîme la mine.
Chaque jour il faut
Boire son café, lire les journaux,
User de combines
Pour prendre le métro.

Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Faut déjeuner en cinq secs
Sans même mâcher son bifteck,
Faire ses affaires d'arrache-pied,
Dormir d'un œil ou sur un pied.
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Notre front pâlit sans même un pli.
Car c'est un fait à r'marquer,
On n'a même plus l'temps de plisser !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !

Les femmes, c'est pareil,
Leur folie commence au réveil.
J'vois bien ma pauvre femme,
Chaque jour, quel programme !
Manucure, masseur,
La mise en pli chez le coiffeur,
Magasins, réclame,
Le bal des danseurs.

Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Prises de m'sures chez l'coûturier,
Le pédicure qui prend son pied,
Le dentiste qui prend ses dents,
Mon ami Jacques qui prend l'restant !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Le cinéma qui lui fout l'coup d'buis.
Comme le soir, elle est sur l'flanc,
Chez la voisine j'fais mes enfants !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !

Et dans vingt-cinq ans,
Ce s'ra encore plus effrayant.
Tout s'ra mécanique,
Ça d'viendra comique.
L'doigt sur un bouton,
Vlan, ça r'tirera notre pantalon.
Un signe électrique
Mettra nos chaussons.

Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !
Démodées s'ront les autos,
On aura son avion cinq ch'vaux,
Dans la poche de son gilet
La TSF au grand complet.
On naîtra l'mardi sur les midi,
On aura vieilli dès l'mercredi.
On mourra sans avoir l'temps
D'assister à son enterrement !
Ah ! quelle vie, quelle vie, quelle vie qu'on vit !