Félix Mayol vers 1910

Ah ! Voui !

1909

Chanson - Paroles et musique de Paul Marinier et Henri Christiné

Créée par Mayol à l'Eldorado en 1906 (enregistrement à la SACEM en 1909)

Disque Pathé n° 3961 - 1914


Paroles

Il l'avait rencontrée
Un jour près du squar' Montholon
Ell' f'sait sa mijaurée
Tout en portant son p'tit carton.
Elle était midinette,
Et comme il était beau garçon,
Il offrit deux sous d'violettes,
Fleurs de la saison.
Mais la petite en courroux
Lui dit : Pour qui me prenez-vous ?

Refrain
Ah! non ! je suis une fille honnête
Ah ! non ! gardez vos deux sous d'violettes
Mais le garçon plein d'jugeotte
Lui offrit toute la botte.
Ah ! voui !
La p'tite répondit !

Il dit : J'vous accompagne.
Oh ! monsieur, fit-elle, en souriant,

J'habite la campagne
Et je rentre chez mes parents.
L'garçon répond : Ma mie
La campagne c'est le bonheur !
Nous y chant'rons, ma jolie,
L'amour dans les fleurs !
On s'aimera dans les bois,
Mais ell' répondit d'un air froid :

Refrain
Ah ! non ! je suis une fille honnête
Ah ! non ! s'embrasser dehors, c'est bête!
Le jeune homm' lui dit, bonasse :
Y a un hôtel en face !
Ah ! voui !
La p'tite répondit !

A pein' dans la chambrette,
Il la couvrit de baisers fous !
Ell' dit : Qu'est-c' vous faites ?
Mais il n'répondit rien du tout.
En moins d'une minute
Le jeune homme fut triomphant,
Sans lui laisser dans la lutte
L'temps d'crier : Maman !
La petite, l'air furieux,
Dit : Ça, c'est dégoûtant, Monsieur !

Refrain
Ah ! non ! moi qui suis un' fille honnête,
Ah ! non ! comment le chos' s'est-ell' faite ?
Le garçon plein d'complaisance,
Dit : Voulez-vous qu' je r'commence  ...
Ah ! voui !
La p'tite répondit !

Rentré' chez ell', la gosse
Raconta tout à sa maman
Qui cria : C'est atroce !!
Dis-moi le nom de ton amant !
Il t'a donné, j'suis sûre,
Son adress' pour un rendez-vous !
- Non, il ne m'a, je vous jure,
Rien donné du tout !
La mère en entendant ça
Fit : Mon Dieu ! qu'est-c' que j'apprends là !

Refrain
Ah ! non ! vraiment tu n'es plus ma fille
Ah ! non ! c'est honteux pour la famille !
Si jamais tu recommences !!...
... Fais-toi donc payer d'avance !
Ah ! voui !
La p'tite répondit !