(Collection Jean-François Petit)



Montéhus

La butte rouge

1923

Chanson de Montéhus mise en musique par Georges Krier.

Chansons anti-guerre par excellence, elle est souvent identifiée à toutes les répressions ouvrières. Le contraste entre la valse lente de sa musique et les paroles qui y sont dites est remarquable.

Ont enregistré cette chanson, entre autres : Yves Montand, Claude Vinci et Marc Ogeret.

Nous n'avons pu jusqu'à présent en retrouver un enregistrement "d'époque". Le seul qui se rapproche de sa date de création et que nous connaissons - et encore : qu'en repiquage - daterait de 1931-32) et a récemment été [re]publié par EPM dans son Anthologie de la Chanson Française. - Nous en citons ici un passage : (extrait seulement)

Chantée par Marty [*]


Paroles

Sur cette butte là y'avait pas d'gigolettes
Pas de marlous ni de beaux muscadins.
Ah c'était loin du Moulin d'la Galette,
Et de Paname qu'est le roi des patelins.
C'qu'elle en a bu du bon sang cette terre,
Sang d'ouvriers et sang de paysans,
Car les bandits qui sont cause des guerres
N'en meurent jamais, on n'tue qu'les innocents !

La butte rouge, c'est son nom, l'baptême s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes, il y pousse du raisin,
Qui boira d'ce vin là, boira l'sang des copains.

Sur cette butte là on n'y f'sait pas la noce
Comme à Montmartre où l'champagne coule à flots,
Mais les pauvr's gars qu'avaient laissé des gosses
Y f'saient entendre de terribles sanglots ...
C'qu'elle en a bu des larmes cette terre,
Larmes d'ouvriers et larmes de paysans
Car les bandits qui sont cause des guerres
Ne pleurent jamais, car ce sont des tyrans !

La butte rouge, c'est son nom, l'baptême s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes, il y pousse du raisin,
Qui boit de ce vin là, boit les larmes des copains.

Sur cette butte là, on y r'fait des vendanges,
On y entend des cris et des chansons :
Filles et gars doucement qui échangent
Des mots d'amour qui donnent le frisson.
Peuvent-ils songer, dans leurs folles étreintes,
Qu'à cet endroit où s'échangent leurs baisers,
J'ai entendu la nuit monter des plaintes
Et j'y ai vu des gars au crâne brisé !

La butte rouge, c'est son nom, l'baptême s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes, il y pousse du raisin.
Mais moi j'y vois des croix portant l'nom des copains ...


[*] Marty de l'Opéra de Monte Carlo, chez Perfectaphone, qui, au cours d'une session, enregistra quatre titres de Montéhus : "La butte rouge" citée ci-dessus, "Les Bazars", "L'impôt sur les feignants" et "À la vague humaine". - Ces quatres chansons ont été reprises dans le coffret mentionné dans notre page sur Montéhus.