Thomas Alva Edison











Compagnie Francaise du Phonographe Edison

La Compagnie Française du Phonographe Edison est officiellement créée le 10 octobre 1904, à Paris.

Elle fabrique et distribue (sous licence) les phonographes, les enregistrements et autres accessoires pour le compte de la National Phonograph Company (*), fondée le 27 janvier 1896, par Thomas Alva Edison (**), inventeur ou plutôt "déposeur" du premier brevet concernant le phonographe, en décembre 1877, suivi d'un complément en mars 1878. (Voir le chapitre "Quelques dates" à la page consacrée aux Enregistrements sonores)


(*) qui deviendra la Thomas A. Edison Incorporated le 28 février 1911. Auparavant, l'ensemble des activités de recherches entreprises par Thomas A. Edison, sont regroupées au sein de la General Electric, fondée en 1892. Cette dernière remplace la Edison General Electric Company, qui avait remplacé, dès 1889, la Edison Electric Light Company, fondée, en 1878.


(**) Thomas A. Edison (1847 - 1931) est atteint de surdité après avoir contracté la scarlatine [la légende dit que le petit vendeur de journaux à bord des trains, qu'il était dans sa jeunesse, s'était fait "secouer" énergiquement par les oreilles par un cheminot (sic)] et mène des recherches (autodidactes) afin d'enregistrer la voix humaine dans une machine qui restituerait plusieurs types de phrases standard (i.e. : Où se trouve la gare ? ou Quelle heure est-il ?) permettant ainsi aux muets de se faire comprendre dans la rue.


En 1912, la distribution de films du cinématographe et autres appareils de projection en font la Compagnie Française du Phonographe et Cinématographe Edison.

En 1913 (janvier), elle devient la Compagnie Française Thomas A. Edison, inactive à partir de 1918, puis finalement dissoute en juillet 1924.

Malgré le succès du disque, Edison va persévérer dans l'amélioration technique et phonique du cylindre, pour finalement, en arriver au disque à gravure verticale.

L'activité se maintient, bon an mal an, jusqu'en 1929, et passe à la fabrication de postes de réception radiophonique (TSF) et de dictaphones.


Un catalogue des cylindres de l'année 1906, se trouve à la page suivante.