Alibert dans les années 30

Cane... Cane... Canebière

1935

Chanson créée par Alibert dans l'opérette Un de la Canebière.

Paroles de René Sarvil - Musique de Vincent Scotto

Disque Pathé PA 690 - 1935


Paroles

Aux quatre coins du monde, indiscutablement
On aime sa faconde et ses mille défauts charmants
Elle a la grâce brune des filles du midi
Il n'en existe qu'une, voilà pourquoi chez nous l'on dit :

Refrain
On connaît dans chaque hémisphère
Notre Cane... Cane... Canebière
Et partout elle est populaire
Notre Cane... Cane... Canebière
Elle part du vieux port et sans effort
Coquin de sort, elle exagère
Elle finit au bout de la terre
Notre Cane... Cane... Canebière

Comment vous la décrire, son charme est sans pareil
Joyeuse elle s'étire comme un lézard au soleil
Internationale pour l'amour, Tron de l'air !
[*]
Elle est la capitale des marins de l'univers

au Refrain

Il est né le divin enfant, il est né sur la Canebière
Il est né le divin enfant, il est né prés du fort Saint-Jean

Elle finit au bout de la terre
Notre Cane...Cane...Canebière


[*] "Tron de l'air" et non "Prends de l'air" tel que mentionné auparavant. -  Le 19 mai 2006, nous recevions en effet un message de Monsieur Jean-Claude S. de l'Université de Toronto se lisant comme suit : "On ne saurait exiger de vous une compétence en occitan, surtout francisé ! Je vous signale cependant que dans le texte de la chanson "Cane, Cane, Canebière", au second couplet, on ne chante pas "prend de l'air" mais "Tron de l'air !", vieille exclamation provençale qui signifie "Tonnerre de l'air !" (une autre exclamation typique de là-bas figure dans le refrain: "Coquin de sort !") ." - Merci Jean-Claude !