Lucienne Boyer



Ray Ventura



André Claveau



Jean Sablon

Venez donc chez moi

1935

Chanson créée par Lucienne Boyer et Ray Ventura et ses collégiens

Paroles et musique de Jean Féline et de Paul Misraki.

Reprise par André Claveau en 1936, Yves Montand en 1959, Jean Sablon en 1964, Francis Lemarque en 1988, etc.

Éditeur : Chappell / Warner Chappell Music France / Carrère, 20 avenue Mac-Mahon, Paris 75809

Version intégrale ou extraits des interprétations de :

Lucienne Boyer (1935)


Ray Ventura et ses collégiens (intro seulement) (1935)


André Claveau (1936)


Jean Sablon (extrait seulement) (1964)


Paroles

Tout en haut de la ville
Depuis trois ans déjà je vis
Il n'est pas grand mon domicile
Mais de ma fenêtre on voit Paris,
Et le soir lorsque tout s'éclaire
On n'a pas besoin de bougies
Il fait comme ça bien assez clair
Et ça fait des économies...

Refrain
Venez donc chez moi je vous invite
Y a d'la joie chez moi c'est merveilleux
A côté des étoiles j'habite à deux pas du ciel toujours bleu
J'attendrai... chez moi votre visite
Là haut sous les toits dans mon logis
Tous les jours je reçois venez, venez vite,
C'est gentil chez moi, venez-y...

Ce serait préférable
Si en hiver c'était chauffé
Et vraiment bien plus agréable
Si c'était plus frais en été...
Pour entrer faut baisser la tête
Il faut s'asseoir à l'intérieur
Mais on peut s'y conter fleurette
Et ça suffit à mon bonheur...

Refrain
Venez donc chez moi je vous invite
Y a d'la joie chez moi c'est merveilleux
Il ne faut surtout pas qu'on hésite
L'escalier n'est pas dangereux
Le tapis est beau jusqu'au deuxième
Si on monte plus haut plus de tapis
Mais allez tout droit montez au sixième
C'est gentil chez moi, montez-y...

Il faut que je ramène
Un jour bientôt l'amour chez moi
Car j'ai là-haut bien trop de peine
A vivre tout seul sous mon toit
Je lui dirai "viens voir la vue
De ma fenêtre elle est bien mieux"
Quand il (elle) aura bien vu la rue,
Je lui ferai fermer les yeux...

Refrain
C'est gentil chez moi je vous invite
Vous serez pour moi le seul ami
Nous n'aurons plus jamais de visite
A la porte tous les ennuis
Nous serons heureux dans mon sixième
Il y a place pour deux dans mon logis
On comptera les fois où nous dirons "je t'aime"
Es-tu bien chez moi ! Restons-y ...