Félix Mayol vers 1915

Elle prend l' Boul'vard Magenta

1916

Chanson - Paroles de Vincent Scotto et E. Gitral et musique de Vincent Scotto

Créée par Mayol. Versions chantées : voir Répertoire Mayol


Paroles

Avant-hier place de la République
Je flânais vers les cinq heures du soir
Quand une petite femme très sympathique
Glisse et tombe devant moi sur le trottoir
Empressé je me précipite
Afin de l'aider de mon mieux
Mais elle se rel`ve tout de suite
Et s'en va baissant les yeux
Je n'ai entrevu que son mollet
Ah ! quel effet que ça m'a fait
Je me dis si le reste est aussi bien
Qu'est que ça doit être nom d'un chien.

Elle prend le boulevard Magenta
Jusqu'au coin de la rue Lafayette
Elle suit la rue Lafayette
Jusqu'au coin de la rue Chauchat
Elle enfile la rue Chauchat
Et devant le cent vingt trois s'arrête
Sans m'apercevoir
Elle entre dans le couloir
Moi je reste sur le trottoir.

Le lendemain en quittant ma demeure
Je vais me poster au même endroit
Elle arrive juste à la même heure
Et sourit dès qu'elle m'aperçoit
En lui rendant son sourire
Je me dis : je crois que ça va très bien
À côté d'elle sans rien dire
Je suis le même chemin
On ne se parlait pas on se regardait
Tous les deux on se comprenait
Je pense que le silence est éloquent
Et puis qui dit rien consent.

On prend le boulevard Magenta
Jusqu'au coin de la rue Lafayette
On suit la rue Lafayette
Jusqu'au coin de la rue Chauchat
On enfile la rue Chauchat
Et devant le 123 on s'arrête
On s'essuie les pieds
On grimpe l'escalier
Et l'on s'arrête au premier

Deux heures après je sortais de chez elle
Radieux, le cœur tout réjoui
Emballé, ne pensant qu'à ma belle
Je croyais quitter le paradis
Mais quand je fus dans la rue
Un monsieur vint m'accoster
Et me dit d'une voix émue :
Je crois que vous venez du premier
Si j'avais pu vous voir avant
Puis mystérieusement
Il me dit tout bas :
Ah ! Qu'est-ce qu'elle a...
Oh ! Monsieur n'en doutez pas !

Je reprend la rue Chauchat
Jusqu'au coin de la rue Lafayette
Je suis la rue Lafayette
Jusq'au boulevard Magenta
Je descends le boulevard Magenta
Et chez un pharmacien je m'arrête
Je lui dis : Voulez-vous
Me donner pour six sous
...
Je ne suis pas tranquille du tout