(Collection Marie-Laurence Codini-Bas)
Droits réservés.



PAGES ANNEXES
________________

Compositions
Petits formats






Pietro Codini en compagnie de
son épouse Marguerite et de son fils Lorenzo.
Droits réservés.


La Torre Avogadro
à Lumezzane, maison natale
de Pietro Codini [*]

Pietro Codini

Comment une avarie de navire nous donnera, le compositeur promis à l'Amérique...

Le fabuleux destin de Pietro (Pierre) Codini commence en Lombardie (Italie), à Lumezzane (Province de Brèche [Brescia]), le 4 janvier 1873. C'est son père, Francesco, instituteur et organiste de talent, qui lui apprend la musique. On veut le faire travailler en usine, mais Pietro a des rêves de musique et d'Amérique. Les pannes du bateau le laisseront à Marseille. Plus d'argent : fin du voyage !

Petits métiers pour survivre, apprentissage du français (la nuit plutôt que de dormir) et reprise de l'étude du piano. Il en a le don.

Ensuite, Pietro Codini s'en va à Lyon. Populaire, apprécié et estimé, il y enseigne la musique, la langue italienne au Palais des Arts. Il sera membre d'un jury de concours international de musique. En 1903, il épouse Marguerite Chavanne et en 1904 naît Lorenzo, son fils qui deviendra un peintre naturaliste de renom.

Ses compositions commencent à être publiées et sont exécutées en public, en privé. Une maison parisienne s'y intéresse et l'aventure prend de l'épaisseur. Il travaille dur et acquiert une notoriété certaine. Jean Noté de l'Opéra interprète son "Soleil vainqueur" ou sa "Prière des forêts" à l'occasion des soirées musicales de la Présidence de la République.

En 1909, Pietro Codini fonde sa première maison d'édition au 93 de la rue des Marais. En 1910, il obtient les Palmes Académiques et est fait Officier de l'Académie des Beaux Arts. Il est aussi premier pianiste du Moulin Rouge.

En 1911, il compose "Savoia-Roma", une commande officielle pour le cinquantième anniversaire de l'Unité italienne en hommage au roi Vittorio-Emanuele III. On lui doit le célèbre "Femmes, que vous êtes jolies !", créé en 1912 par Vorelli, qui sera repris par Ray Ventura en 1932, Tino Rossi en 1948, Suzy Delair en 1950 ou encore Jean Lumière...

Et enfin, en 1924, une chanson pour les Jeux Olympiques de Paris, les derniers du baron Pierre de Coubertin et au cours desquels brillera un certain Johnny Weissmuller.


Et la Chanson française ?

Quand il sortait de la grande musique, Pietro Codini composait des chansons, qui furent créées par les interprètes, en vue, de l'époque. Il est question de quelques 200 compositions de Pietro Codini. Nous en avons retracé un peu plus. Voir ici.


Extraits sonores

Nous commencerons par ce fameux "Femmes, que vous êtes jolies !" composé en ca. 1912, suivi de "Sous le beau ciel d'Italie" (ca. 1917) dans une exécution quasi opératique. Ces enregistrements ont été réalisés en 2006, à l'occasion du centenaire de la naissance de Marsilio Codini. Le pianoforte est tenu par Elena Pasotti, nièce de ce dernier. Les voix sont celles de la soprano Barbara Bettari et du baryton Maurizio Magnini.
Un disque produit par S.I.A.E. n° 761113-02406-1.

"Femmes, que vous êtes jolies !"

circa 1912


"Sous le beau ciel d'Italie"

circa 1917


Pietro Codini décède, à Paris, le 28 octobre 1925. Trois jours après, Marguerite, son épouse. Il a 52 ans.


[*] Autrefois logement de fonction de l'instituteur, son père Francesco.


(Collection Alma Codini-Pea)
Droits réservés.






Marsilio Codini et sa Banda communale, en 1923.
Droits réservés.

Marsilio Codini

Manuscrit de Marsilio Codini (1932) - D.R.

Le Maître a deux frères, Angelo et Giorgio. Musiciens, tous les deux !

Marsilio Codini, le fils d'Angelo, fera une très remarquable carrière de musicologue et musicien. Oh, il n'écrira rien pour la chanson française, mais en revanche, à l'instar de son illustre oncle, il s'autorisera quelques escapades hors de la grand musique - il contribuera notamment à la revue (de l'école Anzaghi de Milan) La Fisarmonica (en français L'Accordéon) - et composera des tangos et autres airs de danse.

Né, à Agnosine (village voisin de Lumezzane) en 1906, Marsilio Codini apprend les bases musicales avec son père. Ensuite, commence l'étude du pianoforte, avec ses frères.

Comme son oncle, Marsilio a un talent... mieux, un don. A l'âge de six ans, son oncle veut l'emmener à Paris pour qu'il y développe ses qualités musicales. Mais hélas, sa maman, qui le jugeait trop jeune pour quitter le foyer familial, refusa.

Très vite, il organise la vie musicale de son village. A quinze ans il fonde la première Banda communale et dirige son premier concert à dix-sept ans. Il étudie la thérorie musicale à Brèche, avec les maîtres Isidoro Capitanio et Ada Carati. En 1931, à 25 ans, le voici diplômé de pianoforte au Conservatoire Giuseppe Verdi de Milan.

Il continue, en autodidacte ses études musicales pour obtenir, en 1934, un diplôme de composition au Conservatoire de Parme. En 1951, les examens réussis de chef d'orchestre au Conservatoire Santa Cecilia de Rome, le feront nommer commissaire des classes supérieures pendant plusieurs années.

Il fonde sa maison d'édition musicale L'Editrice Musicale Bresciana qui publie, entre autres, les œuvres de Bettinelli, Capitanio, Manenti et les siennes, bien entendu. Ces dernières se distinguent par une écriture plutôt insolite.

Il élabore, en effet, une méthode nouvelle de lecture et d'écriture de la musique, dont l'intérêt conduit l'Académie de Rome à lui proposer une chaire pour enseigner cette technique novatrice. Des problèmes de santé et familiaux - en particulier le décès de son frère - le conduisent à décliner l'offre.

Marsilio Codini nourrit, par ailleurs, un amour immodéré pour l'accordéon. Il obtient d'ailleurs un diplôme, pour cet instrument, à l'école Anzaghi de Milan. Il décède en 1979.


Extrait sonore

Nous vous proposons cet étonnant one step, composé vers 1927 et issu du disque mentionné ci-dessus.

"One Step"

circa 1927


Compositions

Musiques recueillies et consignées dans les cinq volumes conservés par le curé Don F. Turla de Lumezzane.

1er volume 2ème volume 3ème volume
01 La sera 18 Non pianger più Peppina 35 Lirica
02 Melodia 19 Valzer lento 36 Serenata triste
03 Dolce attesa 20 La Montanine 37 Brindisi One step
04 Il fox di Miravalle 21 Ebbrezza 38 Notturno
05 Ultimo ballo 22 Delusione 39 Serenata a due voci
06 Ricordo 23 Strepitosissimamento 40 Il germoglio
07 Piccole maschere 24 Bea regina dei mari 41 Piccolo acrobata
08 Mezz'oretta con te 25 Amo tre donne 42 Mattinata orientale
09 Piccolo notturno 26 Tenda blù 43 Sogno di fanciulla
10 Paso dobles 27 Piange come ride 44 Ricordi nostalgici
11 Tango del peccato 28 Miss Europa 45 La bimba sul canale
12 Ave Maria 29 Per Voi signora    
13 Zurigo tanto bella 30 Canzone blues    
14 Ritorna 31 Lè partit    
15 Va povero cuore 32 Non c'è più amore    
16 La canzone del Campiello 33 Sogno a Capri    
17 Mattinata 34 Serenada    

4ème volume 5ème volume Titres manquants
46 La ninfe (Sinfonia) 60 Marcia per Banda Scende la notte oscura
47 Suonata per pianoforte 61 Novella (Marcia sinfonica) Ballata romantica
48 Valzer per flicorno e clar. 62 Preludio per organo El noster San Bernard
49 Ritmo lento 63 Musetta (piccola marcia)  
50 Senza mamma 64 Sinfonia in DO maggiore  
51 La parola      
52 Capriccio      
53 Serenata in DO maggiore      
54 Serenata alla mamma      
55 Gervasone      
56 Marinaresca      
57 Wanda (I)      
58 Wanda (II)      
59 Due chiacchiere      

Nos remerciements vont à la sculptrice Marie-Laurence Codini-Bas (MarielauTerre), petite-fille de Pietro Codini et fille de l'artiste peintre Lorenzo Codini. Pour visiter le site de MarielauTerre, c'est ICI.

Merci également à Alma Codini-Pea, nièce de Pietro Codini et fille du maître Marsilio Codini.