Émile Mercadier



George Auriol

Quand les lilas refleuriront

1890

Chanson, dite "romance", composée par George Auriol sur une musique de Désiré Dihau.

Elle fut créée vraisemblablement la même année au cabaret du Chat Noir par Paul Delmet puis reprise par Anna Thibaud à la Scala.

Émile Mercadier en aurait fait, le premier, un enregistrement en 1898 mais suivi tout de suite après par Anna Thibaud elle-même. - Par la suite, et presque sans interruption, elle a été endisquée jusqu'à aujourd'hui par, par exemples, Weber en 1904, Fred Gouin en 1931, Marjal en 1934, Tino Rossi en 1949, Jean Lumière (à nouveau) en 1965, Guy Béart en 1982, etc. La version la plus connue est, naturellement, d' Émile Mercadier qui en fit, à notre connaissance, trois, dont la suivante, qui date de 1908 :

 

Paroles

Quand les lilas refleuriront
Au vent les capuchons de laine
Robes rouges nous revêtrons
Quand les lilas refleuriront
Sur le tapis vert de la plaine
Nous reviendrons danser en rond
Quand les lilas refleuriront
Allez dire au printemps qu'il vienne

Quand les lilas refleuriront
Nous redescendrons dans la plaine
Cloches sonnez vos carillons
Quand les lilas refleuriront
Les papillons qui se promènent
Dans l'air avec les moucherons
Comme nous danserons en rond
Allez dire au printemps qu'il vienne

Quand les lilas refleuriront
Les filles près de la fontaine
De leurs amoureux jaseront
Quand les lilas refleuriront
Personne alors qui ne comprenne
Les doux mots qu'elles parleront
Quand les lilas refleuriront
Allez dire à l'amour qu'il vienne

Quand les lilas refleuriront
Parfumant l'air de leur haleine
Combien d'amoureux mentiront
Quand les lilas refleuriront
Pour tous ces baisers qui s'égrènent
Que de blessures saigneront
Quand les lilas refleuriront
Allez dire à l'amour qu'il vienne


Autres renseignements

En 1929, une autre chanson, souvent confondue avec ce "Quand les lilas refleuriront". Elle était de L. Lelièvre fils, H. Varha et F. Dœlle et s'intitulait "Quand refleuriront les lilas blancs".

Nous en donnons ici la version la plus populaire, celle interprétée par Gesky, l'année de sa création :

1929

(Un autre grand classique)