Cafés-Concerts et Music-Halls

Attention : cette page et ses annexes seront amendées au fur et à mesure que ce site fera référence, notamment dans ses fiches biographiques, aux Cafés-Concerts et Music-halls. Nous ne pouvons que trop vous recommander de la consulter régulièrement.

Dans la liste qui suit, en orange, les établissements qui ont gardé leur nom et (ou à peu près) leur vocation première.
En gris, les établissements dits "secondaires".

Note : en bas de page, on trouvera des liens vers d'autres photographies d'établissements, de programmes, d'affiches et vers une liste (non exhaustive) des établissements de province.


Un clic agrandit ou élargit la plupart des photos qui suivent.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W XYZ
(Cliquer sur l'index pour changer de page)

C


   
   
 
  • Cabaret de la Roulotte (Le) - 42, Rue de Douai, 9e

    Georges Charton a, en 1895, ouvert au 42 rue de Douai le Cabaret de la Roulotte, pour y entendre dans un cadre cossu Ferny, Goudeau, Legay, Rictus, Louise France, Francine Lor?e (Madame Xavier Privas), Lemercier et Odette Dulac qui y cr?e "J?suis b?te".
 
   
   
 
  • Cabaret des Truands - Voir Truands
 
  • Cabarets du Ciel et de l'Enfer - 53, Boulevard de Clichy, 18e

    Antonin, créateur du cabaret du Néant (voir rubrique ci-dessous) ouvrit en 1896 les cabarets voisins et complémentaires : le Ciel et l'Enfer.

    Aujourd'hui : commerce & appartements
  • Cabaret du Néant- 34, Boulevard de Clichy, 18e


    Créé en 1892 par Antonin. Spectacles à thèmes : peu de chansonniers s'y produisent

    Aujourd'hui : commerce & appartements
  • Cabaret Le Carillon - 43 rue de la Tour d'Auvergne - angle de la Cité Charles Godon, 9e

    Autrefois hotel-restaurant du Carillon. Fondé par Tiercy qui venait des Décadents, au premier étage dans un grand atelier. Après le spectacle, le café du rez-de-chaussée accueillait les fêtards qui pouvaient écouter un jeune débutant Henri Dreyfus qui changea de nom un petit peu plus tard pour Fursy et connut lui aussi la célébrité dans le quartier de Montmartre.
    Aujourd'hui : atelier artistique
 
  • Cadran - angle Rue Montmartre, rue Saint-Sauveur, 2e

    De 1862 à 1912
 
 
  • Cadran 2 - 159, Quai d'Auteuil - Point du Jour, 16e

    De 1873 aux années 1890

    Voir Bateaux Parisiens
 
 
  • Cadran 3 - 37, Rue de Gergovie, 14e

    De 1908 à 1910
 
 
  • Café de France - 20, Boulevard Bonne-Nouvelle, 10e

    De 1850 à 1866 puis 2, Place Clichy, 18e vers 1881
 
 
  • Café des Trois Lions - Boulevard de Ménilmontant, 20e

    Ouvert uniquement le samedi et le dimanche en matinée et soirée. Georgel y fait ses débuts et Louis Boucot y chante le répertoire de Mayol.
 
   
 
  • Casalta Concert du Palais - Champs de Mars, 7e

    Dans le Palais des Expositions.

    De 1895 à 1900
 
 
  • Casino Brasserie de la Croix de Lorraine - Champs de Mars, 7e

    Dans le Palais des Expositions.

    De 1890 à 1900
 
 
  • Casino Cadet - 18, Rue Cadet, 9e

    Salle de concert les mardi, jeudi et samedi. De bal, les quatre autres jours. Les lorettes y chassent "l'homme généreux". Salle courue sous le Second Empire, où Rigolboche y assure "l'animation".

    Aujourd'hui : bureaux (Retour au plan de Paris)
 
  • Casino Clisson - 61, Rue Clisson, 13e

    De 1921 à 1933
 
 
  • Casino de Grenelle - 46, Rue Fondary, 15e

    De 1897 à 1908
 
 
  • Casino de Grenelle 2 - 86, Avenue Émile Zola, 15e

    De 1920 à 1930
 
 
  • Casino de la Maison Blanche - 174, Avenue d'Italie, 13e

    De 1908 à 1913
 
 
  • Casino de la Nation - 2bis, Avenue de Taillebourg, 11e

    De 1880 à 1918
 
  • Casino de Montmartre - 47, Boulevard de Clichy, 9e

    Ouvert en 1899, il est fréquenté par les domestiques et les midinettes. Maurice Chevalier y chante en 1903. Vendu en 1907, il est agrandi pour devenir un théâtre de 1000 places. Restauré encore, en 1916, il devient Nouveau Casino jusqu'en 1919 pour rouvrir Nouveau Lyrique et disparaître (au bout de sept mois) en 1920. La même année, c'est un théâtre de vaudeville, le Théâtre Comœdia. Cinéma du même nom de 1933 à 1966, puis démoli.

    Aujourd'hui : bureau de poste & appartements (Retour au plan de Paris)
  • Casino de Paris - 16, Rue de Clichy, 9e

    Grand immeuble ouvert en 1880, séparé en deux (Nouveau Théâtre, rue Blanche et Casino de Paris, rue Clichy). - Attractions, ballets, pantomimes puis, en 1917, salle à grand spectacle jusqu'en 1980. Rouvert avec des revues en 1982.

    Voir également l'article paru page 15 du n° 119 des Chansons Illustrées.

    Aujourd'hui : salle de spectacles (Retour au plan de Paris)
  • Casino du Temple - - 50, Rue de Malte, 11e
    Ex Cirque Olympique
Voir à Alhambra
 
 
  • Casino de Vaugirard - 35, Rue Castagnary, 15e

    De 1890 à 1909
 
 
  • Casino des Familles - 48, Boulevard de Charonne, 20e

    De 1901 à 1911
 
 
  • Casino des Fleurs - 133, Avenue de Clichy, 17e

    De 1890 à 1908
 
 
  • Casino des Tourelles - 259, Avenue Gambetta, 20e

    Café de plein-air, il devient, en 1899, le café-concert Casino des Tourelles. En 1910, le programme se compose d'une partie concert et d'un petit film. Après la Première Grande Guerre, il devient un cinéma. Le Casino des Tourelles Cinéma ferme en 1930. Il est alors démoli et devient le Cinéma Tourelles en 1937 (1100 places), il ferme définitivement le 20 mai 1986.

    Aujourd'hui : commerce (Retour au plan de Paris)
 
  • Casino du Point du Jour - 150, Quai d'Auteuil - Point du Jour, 16e

    De 1900 à 1909

    Voir Neptune (Grand)
 
 
  • Casino Européen - 20, Avenue de Lowendal, 7e

    De 1869 à 1875
 
 
  • Casino Français - 18, Galerie Montpensier, 1er

    De 1850 à 1864
 
 
  • Casino Jardin de Montrouge - 114, Rue d'Alésia, 14e

    De 1901 à 1909
 
 
  • Casino Montparnasse - 35/37, Rue de la Gaîté, 14e

    La remise à décors du Théâtre Montparnasse est remplacée par le Casino Montparnasse, en 1910. Café-concert de 1 200 places à deux balcons. En 1942, il devient un cinéma music-hall. En 1945, il connaît son heure de gloire avec La belle de Cadix. En 1953, on y fait des travaux pour le transformer en cinéma. Texas puis Translux Pullman Montparnasse, après d'autres travaux en 1966. En 1979, nouvelles transformations pour se muer en Espace Gaîté, en trois salles (cinéma et spectacles) qui ferment le 6 janvier 1987.

    Aujourd'hui : commerce & appartements (Retour au plan de Paris)
  • Casino Saint-Martin - 48, Rue du Faubourg-Saint-Martin, 10e

    D'abord Fantaisies Saint-Martin, à son ouverture en 1896, il devient Casino Saint-Martin, en 1907, sous la direction des frères Comte (anciens directeurs du Casino de Montmartre). Mistinguett y fait ses débuts, puis en 1908, c'est l'évènement Maurice Chevalier. Après 1914, le cinéma est la nouvelle attraction populaire et le Casino Saint-Martin devient le cinéma Saint-Martin 48 même s'il présente encore quelques spectacles de café-concert. Il reprend son nom de Casino Saint-Martin, en 1952, en devenant un cinéma, jusqu'en 1981.

    Aujourd'hui : Le Splendid (théâtre) (Retour au plan de Paris)

Merci Claire Simon-Boidot (pour la photo de gauche)

   
 
  • Caveau Latin (Le) - Boulevard Saint-Michel, 5e

    Ancien Caveau des Alpes Dauphinoises. Occupait l?emplacement acquis quelques années auparavant par la Compagnie des Chemins de Fer d?Orléans pour l?établissement de la gare du Luxembourg.
 
 
  • Central de la Chanson - 13, Rue du Faubourg-Montmartre, 9e

    Devient Club des Cinq (cinq anciens de la 2ème D.B. dont le manager de Marcel Cerdan) à la Libération. Pas étonnant, dès lors que l'on y entende Madame Piaf et un certain Yves Montand à ses débuts (en première partie de la Dame) pendant que dans la salle, on rencontre Gabin, Prévert.... En 1954, se transforme en cinéma et prend le nom de Nord-Ouest. En 1991, c'est une salle de concert dédiée au rock, le Passage du Nord-Ouest, pour finalement devenir un théâtre, en 1997.

    Aujourd'hui : Théâtre du Nord-Ouest (Retour au plan de Paris)
 
  • Chalet, Concert du - angle 84, Boulevard Saint-Michel, Rue Auguste Comte, 5e

    De 1880 à 1900, une baraque sur le Boulevard Saint-Michel.
 
   
 
  • Chanteclair - 76, Avenue de Clichy, 17e

    Ouvert en 1909, il devient un cinéma du même nom, en 1911. Cinéma Gaîté Clichy en 1934, il est fermé en 1972.

    Aujourd'hui : commerce
 
 
  • Charmille - 75, Boulevard de Clichy, 18e

    Ancien Côte d'Azur

    De 1879 à 1909
 
  • Chat Noir - 84, Boulevard Rochechouart, 18e

    Lors du déménagement (en 1893), rue Victor Massé, ce local de deux pièces du Chat Noir, est repris par Aristide Bruant sous le nom de Mirliton.

    Voir aussi à : Rodolphe Salis. - et au complet : ici - Voir d'autres photographies.

    Pour l'histoire du lieu, voir la vidéo réalisée par Jean-Claude Vernet.

    Aujourd'hui : commerce
    (Retour au plan de Paris)
  • Chat Noir - 12, Rue Victor Massé, 9e

    Lors du déménagement (en 1893), rue Victor Massé, le local de deux pièces du Chat Noir, Boulevard Rochechouart est repris par Aristide Bruant sous le nom de Mirliton. Voir aussi à : Rodolphe Salis. - et au complet : ici - Voir d'autres photographies.

    Pour l'histoire du lieu, voir la vidéo réalisée par Jean-Claude Vernet.

    Aujourd'hui : bureaux (Retour au plan de Paris)
 
  • Château d'Eau - 61, Rue du Château d'Eau, 10e - XIXe Siècle

    Concert du XIXe Siècle, puis Éden Comédie puis Nouveau Théâtre du Château d'Eau,salle étroite en boyau avec une scène minuscule. Pour finir par devenir un resto-club sud-américain : Les Étoiles... puis
    Les Étoiles-Théâtre

    Aujourd'hui : Théâtre (Retour au plan de Paris)
 
  • Cheval Blanc (Concert du) - Voir La Scala
 
  • Chez Agnès Capri 5, Rue Molière,1er

    Ouvert en 1938, par Agnès Capri,
    fermé à l'arrivée de la Seconde Grande Guerre et réouvert en 1949. Fermé définitivement en 1958, ne résistant pas à la concurrence.

 
  • Chez Fyscher - 21, Rue d'Antin, 2e

    Une quinzaine de tables et des tabourets très à la mode dans les années 20. Cabaret ultra-chic et avantgardiste. Son propriétaire, Nilson Fysher, est un turc naturalisé anglais, auteur compositeur de nombreuses chansons. Gaby Montbreuse y tiendra l'affiche jusqu'en 1927.

    Aujourd'hui : commerce et bureaux (Retour au plan de Paris)
  • Chez Patachou - 13, Rue du Mont-Cenis, 18e

    Une boulangerie-patisserie en 1948, agrandie en salon de thé puis en restaurant-cabaret dès le 14 juillet 1948 et animé par Patachou. A beaucoup contribué au lancement d'artistes de la chanson française. (Voir la plaque commemorative). Pour s'assurer de la décontraction ambiante, Patachou coupait les cravates des messieurs.  En 1963, Édith Piaf y fit sa dernière apparition en public, soutenue par Théo Sarapo. L'enseigne a changé, aujourd'hui.Voir l'évolution.

    Aujourd'hui : galerie d'art et restaurants

   
  • Cigale, La - 120, Boulevard Rochechouart, 18e

    Construite en 1887, en lieu et place du Bal de la Boule Noire, La Cigale, agrandie en 1894, se compose d'une grande salle sans galerie et d'un jardin d'été où se produisent Eugénie Buffet, Jeanne Bloch, Sulbac, Urban, Dorville, Georges Milton, Marie Dubas, Saint-Granier, Arletty jusqu'en 1927. Ensuite, ce sera un petit music-hall, La Fourmi, avant d'être transformé en cinéma, en 1940. Classée à l'inventaire des monuments historiques au début des années 1980, La Cigale ne retrouve sa vocation première qu'en 1987 mais ne ressemble en rien (façade) à La Cigale de 1887. - Voir également ici.

    Aujourd'hui : salle de spectacles (Retour au plan de Paris)
 
  • Cigale 2 - À suivre
 
  • Cirque Medrano - 63 Boulevard Rochechouart, 18e

Ancien cirque Fernando repris en 1897. Entre 1915 et 1923, les trois frères Fratellini, clowns, y obtiendront un enorme succès. Entre 1936 et 1942, il passe au music-hall. On y voit et entend Charles Trenet, un revue de Vincent Scotto.
Les Medrano, qui ne sont pas propriétaires du cirque, se voient expulsés des lieux au début de 1963 par la concurrence qui venait de racheter les murs. La dernière représentation a lieu le 7 janvier 1963.Fin 1963, l'ancien cirque Medrano rouvre ses portes sous l'appellation de Cirque de Montmartre, dirigé par Joseph Bouglione. La grande salle circulaire est exploitée épisodiquement par le Théâtre du Soleil. Le succès escompté n'est pas au rendez-vous, et le bâtiment est démoli en 1971.

Aujourd'hui : commerce et appartements.
 
  • Coliseum - 65, Rue de Rochechouart, 9e

    De 1912 à 1930
 
 
  • Commerce - 94, Rue du Faubourg-du-Temple, 11e

    Petit concert de quartier en 1879, il est agrandi en 1897. Restauré en 1910 puis 1913, il devient un cinéma en 1919. Redevient un concert en 1921 pour un an : Concert du Moineau, puis reprend le nom de Commerce pour y présenter du vaudeville, sans grands résultats. En 1924, devient Concert des Clochettes qui ferme sitôt né.

    Aujourd'hui : commerce (Retour au plan de Paris)
   
   
   
  • Concert de Lyon (Grand) - 12, Rue de Lyon, 12e.

    D'abord Grand Théâtre Parisien, (3 000 places) construit vers 1865, devient café-concert en1868/69 sous le nom de Casino de Lyon. Échec. On coupe la salle en deux... Les directions se succèdent jusqu'en 1879, où M. Brun y fonde le Concert de Lyon.

    Aujourd'hui : (n°18 de la rue) commerce & appartements

Merci Claire Simon-Boidot (pour la photo de gauche et l'enquête !)

   
 
  • Concert des Mines - 274 Faubourg Saint-Martin, 10e.
 
 
  • Concert du Gaulois - Boulevard de Strasbourg,10e
 
 
  • Concert du Temple - Voir Temple
 
 
  • Concert du Vert-Galant - au bas du Pont-Neuf

    L'été, c'est ici que se transportent les artistes et le public des Folies Dauphine.

 
 
  • Concert Pacra - Voir Pacra
 
   
   
   
  • Concordia - 8, Rue du Faubourg-Saint-Martin, 10e - Galerie Saint-Martin

    Boutique devenue une brasserie puis, vers 1892, le Concert des Galeries Saint-Martin. Ferme en 1897 pour travaux de mise de sécurité et rouvre en 1898. Des transformation en 1900 en font le Concordia. En 1924, on y fait du théâtre - comédies, vaudevilles - pour revenir au concert en 1933 sous le nom de Studio de la Chanson Française [*], pour un an. En 1934, devient un cinéma qui ferme à la fin des années '80.

    Aujourd'hui : commerce & bureaux (Retour au plan de Paris)

[*] Merci M. Bertrand Chaumelle pour ces précisions (03/09/2010), et à Claire Simon-Boidot pour la photo de gauche.

 
  • Cristal - 9 Rue de la Fidélité, 10e

    De 1911 à 1913
 
  • Conservatoire de Montmartre - 108, Boulevard Rochechouart

    Dans les années 1860-1870, on assistait à des spectacles à la Corneille, qui succéda à la Morgue littéraire, puis la taverne franco-russe. Ensuite en 1894 Debière le propriétaire, qui avait installé des sculptures d'éléphants partout lui donna le nom de Cabaret des Eléphants. Xavier Privas honora de sa présence l'inauguration ce cabaret éléphantaisiste.en compagnie des chansonniers, de Trimouillat, Mlle Ritter, etc.. Eugène Lemercier déclama :

    Une ballade à l'éléphant en gaité :
    "Prince de la critique prompte,
    A traiter l'Art comme un enfant,
    Sarcey, que sans peur nul n'affronte,
    Est bien plus lourd qu'un éléphant"

    L'établissement n'eut que six mois d'existence, remplacé par celui de Léon de Bercy et Blédor : Le Cabaret du coup de gueule qui à la suite d'un accident, ferma ses portes pour laisser place au Conservatoire de Montmartre tenu par un chanteur Henri Martin qui avait transformé l'interieur avec un décor d'abbaye de Bénédictines de Montmartre. Henri Martin mort en 1899, la direction du Conservatoire fut confiée à madame Gabrielle Bassy qui prit comme associée, une certaine Gaminette qui donna son nom à l'endroit et en fit le Temple de lesbos, qui n'eut guère plus de succès, le tribadisme, n'attirait pas grand monde à cette époque, (Gaminette avait vingt ans d'avance sur la mode provoquée par le scandale de "la Garçonne"en 1922....,) c'est le chanteur Jean Chagot qui reprit le flambeau et engagea Yon Lug, puis Chagot repassa le bébé à Xavier Privas qui rebaptisa le Conservatoire en lui donnant le nom de Cabaret de la Veine

    Aujourd'hui : commerce & appartements.
 
  • Cristal - 9 Rue de la Fidélité, 10e

    De 1911 à 1913
 

Retour à la page d'introduction   ou   Photographies...   Affiches...   Programmes...   Établissements en province...