Marcelle Bordas

Fille d'un fonctionnaire, Marcelle Bordas vient au monde à Paris, le 1er juin 1907.

Apprentie modiste, chez Lewis Mode, rue Saint-Honoré (1er arrondissement), elle crée et fabrique des chapeaux pour le théâtre et le music-hall. Mistinguett la remarque.

Marcelle Bordas débute en 1933 au Casino de Cabourg dans un répertoire composé de "La femme à barbe" - le grand succès de Thérésa 1865 - Paroles d'Élie Frebault, musique de Paul Blaquière) -,"Le joueur de luth", "Ma femme est morte"....
Lucienne Boyer la présente alors à O'Dett.

Elle sera de la revue Femmes en folie (30/11/1934) des Folies Bergère avec Jean Sablon, Betty Spell et Rogers. C'est avec Rogers qu'elle enregistre ses premiers disques pour la marque DISCUM en novembre 1934.


La période 1935-1945 sera celle de sa notoriété.

Passage à l'Alhambra le 8/11/1935 aux côtés de Pierre Dac et de Jean Tranchant.

En janvier 1936 elle passe au Bosphore le cabaret dirigé par Charpini et chante avec lui le duo de Mireille. Puis c'est Bobino le 29/05/1936, l'Européen le 19/06/1936, le cabaret Chez O'Dett de la place Pigalle en 1936...

Elle figure dans le film Radio de Maurice Cloche sorti en 1937 aux côtés de Damia, Marie Dubas, Fréhel... dans lequel elle interprète"Ma femme est morte" (des extraits de ce film ont été vus dans l'émission d'Arte Les années de la T.S.F).

Elle "passera" à L'A.B.C. en 1937 et à l'Empire avec Henri Garat. Elle sera élue Reine des six jours [*] en avril 1937, au Vélodrome d'hiver.

[*] Les Six Jours de Paris au Vel d'hiv... (Cyclisme)

Le 2/05/1937 à 21h sur Paris P.T.T elle incarne Thérésa dans une émision diffusée à l'occasion du centenaire de la naissance de la célèbre chanteuse dont elle affectionne le répertoire.

Durant la "drôle" de guerre elle effectue de nombreuses tournées aux armées. et participe au grand gala franco-britanique du 16/04/1940 à l'Opéra de Paris avec Grace Field et Jack Hylton.

En 1941 elle reprend le cabaret de son ami O'Dett qui devient le restaurant-cabaret Le chapiteau. Elle habitera devant cet établissement pendant plus de 20 ans, dans un immeuble situé 7 impasse Guelma (18ème arrondissement).

Pendant la Seconde Grande Guerre Marcelle Bordas poursuit ses apparitions aux music-hall : Alhambra, Européen, A.B.C., Folies-Belleville, Casino Montparnasse...c'est à cette époque que son chemin va croiser celui de Bourvil. Sans doute lors de son passage au Gaumont Palace, en mars 1942, en attraction du film L'âge d'or, elle est accompagnée à l'accordéon par un jeune inconnu, déguisé en "Apache"... Bourvil.

Les années de guerre seront propices à de nombreux passages à la radio et aux galas d'entraide et de solidarité avec Lys Gauty, André Claveau, Georgius, Émile Prud'homme, Marie Bizet...

Elle chantera "Ah ! Que la France est belle" en réponse à la "Douce France" de Charles Trenet.

Après la guerre,comme beaucoup d'artistes, elle ne retrouvera pas le même succès... malgré des chansons très populaires comme "Boire un petit coup". En 1950, elle enregistrera "La Marche de la 2ème D.B". Elle se consacre, désormais, au répertoire de chants de marins et de soldats.

Elle fera une tournée avec Gilbert Bécaud en 1956, un passage à l'Olympia le 28 février 1957 avec Charles Aznavour et Dalida, ainsi qu'à l'Européen en octobre 1965. Elle enregistrera de nombreux disque chez Barclay, Tonus partie chansons à boire, chanson de marins, etc...sur disques 33 T et 45 T.On la verra àla télévision aux côtés de Jacques Martin...etc..


Marcelle Bordas décède, à Paris, le 29 janvier 1968.

Ne pas confondre avec Rosalie Martin, dite Rosa Bordas ou La Bordas, "la Rachel du peuple", qui, lors de la déclaration de la guerre (de 1870), a chanté "La Marseillaise" un drapeau à la main. (Voir à Amiati)


Enregistrements

Commençons, si vous le voulez bien, par son tout premier disque enregistré le 13 mai 1935, sur des paroles de Jean Tranchant, "Où vas-tu la belle fille ?".
Accompagnement : orchestre Marcel Pagnoul :

Disque Gramophone n° K 7513 - Matrice Ola 490

Et bien sûr, cette "Femme à barbe", le fameux "tube" de Thérésa.
Accompagnement : orchestre Marcel Pagnoul :

Disque Gramophone n° K 7512 - Matrice Ola 493
Prise 1 du 13 mai 1935

Sur ce même disque sur des paroles arrangées par François Betti, "Ma femme est morte" :

Disque Gramophone n° K 7513 - Matrice Ola 491
Prise 1 du 13 mai 1935

On poursuivra avec ce succès qui lui valut quelques misères... "Ah ! Que la France est belle". Accompagnement : orchestre Pierre Chagnon :

Disque Columbia n° DF 2804 - Matrice CL 7397
31 janvier 1941

Et ces deux petites choses, bien sympathiques : "La caravelle". Paroles de R. Malleron, musique de Fredo Gardoni. Accompagnement : orchestre Wal-Berg. :

Disque Columbia DF 2071 - Matrice CL 5558
Prise 1du 16 janvier 1936

Sur ce même disque, "Un mot sur le sable". Paroles de Charlie Dawson, musique de Francis Chagrin. Accompagnement : orchestre Marcel Cariven. :

Disque Columbia DF 2071 - Matrice CL 5923
Prise 1 du 4 novembre 1936

Et nous terminerons, notre série, par ce fameux air (paroles d'A. Ledur et musique de V. Clowez), "La Marche de la 2ème D.B". Accompagnement : orch. militaire (dir.capitaine Félix Boyer) :

Disque Odéon n° 282.330 - Matrice 11236 -
Prise 1 du 22 novembre 1950


Note : Cette page est en partie redevable à Monsieur David Silvestre qui a eu l'amabilité de nous transmettre ses informations, ses enregistrements de 78 T originaux ainsi que le portrait de Madame Bordas.