LA CHANSON FRANCAISE DE 1870 A 1945... EN ''PRESQUE'' 50 CHANSONS...








03  LA CHANSON DES BLÉS D'OR


1882 - Paroles de Camille Soubise et F. Lemaître, musique de Frédéric Doria.

Mignonne, quand la lune éclaire
La plaine aux bruits mélodieux,
Lorsque l'étoile du mystère
...


Rien entre 1870 et 1882 ?

Pour rendre justice aux années soixante-dix, il faudrait parler d'artistes qui, au cours de cette décennie, ont aidé à développer des styles, des chansons et des interprétations, que les années quatre-vingt allaient leur permettre de perfectionner et que l'on retrouvera sous diverses formes dans les années quatre-vingt-dix. - À commencer par Thérésa, la grande Thérésa, Judic et Libert qui, sans être complètement les inventeurs de leurs genres, allaient permettre à ceux qui les suivraient des audaces qui, autrement, leur auraient été difficiles. On retrouvera de courtes biographies de ces trois interprètes sur leur page respective.

Ces artistes n'ont fait aucun enregistrement sauf l'ingénue Judic (et encore : à 52 ans !) et leurs prestations, évidemment, n'ont jamais été filmées. Ne nous reste d'eux que des feuilles de musique, des affiches, des photos et des critiques qui nous laissent souvent perplexes.

Il en est de même pour Paulus qui allait dominer les années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix mais qui était déjà là au début des années soixante-dix. - Il fera l'objet de notre cinquième chanson.

Entre-temps, la silhouette d'Aristide Bruant n'est pas loin - Nous l'écouterons dans un moment.

En attendant, la romance continue son chemin. - Comme cette "Chanson des blés d'or" sur une musique de Frédéric Doria [*] qui la créa au Concert Parisien en 1882.

Seize ans plus tard, on en fera un des tous premiers cylindres commerciaux (Maréchal). Puis en 1907 (Madame Fabre) et en 1909 (Melgati). - Depuis, elle n'a jamais cessé d'être enregistrée : Fred Gouin, en 29, Reda Caire, en 31, Toscani en 36, Gentès, en 50, Mestral en 57, Lumière en 58, etc., etc.

Un succès presque aussi grand que celui du "Le temps des cerises".

L'interprétation que nous en offrons est celle de Fred Gouin, prolifique chanteur qui, pendant 11 ans, ne cessa d'enregistrer (près de quatrecents titres entre 1926 et 1935). Elle date de 1929.

Disque Odéon n° 165.724


[*] Si le compositeur et le créateur de "La Chanson des blés d'or" nous sont connus, il n'en est pas exactement de même pour son ou ses auteurs, L. Le Maître et Camille Soubise, sauf que, selon les recherches effectuées par Francis Sartorius, ancien bibliothécaire de l'institut des Études Européennes de l'Université de Bruxelles, nous apprenons que le Soubise en question se nommait en réalité Alphonse Van den Camp, qu'il est né à Bruxelles en 1833, qu'il était journaliste, qu'il s'est plu à se cacher derrière de nombreux pseudonymes, qu'il a fait partie de la Commune, etc., etc. - Une histoire fascinante. - Voir, à ce propos, la page de Monsieur Sartorius sur le site "Histoires littéraires".