Melé - Mistinguett
À noter : Jean Gabin... au saxophone !)

Fred Melé

Dire que la musique américaine a été découverte en France avec la venue des Sammies, en 1917-1918 serait quelque peu exagéré. Déjà, avant la guerre, des chanteurs comme Fragson avait introduit dans leur répertoire des rythmes syncopés et ce n'est pas avec Joséphine Baker, en 1925, qu'on découvrit tout à coup le "Jazz", le grand Mayol, lui-même, n'ayant pas hésiter à mettre à son répertoire en 1908 "À la Martinique" [1] ou même, en 1912 "Ah ! La musique américaine !" [2] et il suffit d'écouter quelque peu la chanson française postérieure aux grandes valses de Paulette Darty pour s'apercevoir qu'elle a commencé à devenir étrangement plus rythmée dès les années 1905-1906 et surtout rythmée de façon de moins en moins "militaire", ce qui avait été jusque là presque la norme.

C'est qu'on voyageait à l'époque et pas nécessairement dans le sens France-Amérique : Jacques Hélian, dans ses Souvenirs et témoignages [3], mentionne, entre autres, la venue en Angleterre du batteur Louis Mitchell... en 1914 [4]. - De plus, il eut été difficile, en Europe, de ne pas connaître l'existence du ragtime dont la musique en feuille circulait depuis la fin des années quatre-vingt-dix.

Ce n'est donc pas, par hasard, que Fred Melé, né en 1884 à Mustapha (Algérie), à l'instar de Georges Tabet du futur duo Pills et Tabet, né en 1905, à Alger, s'intéressa à la syncope malgré sa formation de violoniste classique, sans doute bien avant 1918 puisqu'on le retrouve à la tête de l'orchestre de la Gaité-Rochechouart en 1920-1921 (avec, aux timbales, un certain Léo Vauchant), orchestre qui portait le joli nom de Fred Melé's Syncopaters Orchestra au moment où Mistinguett menait la revue Paris qui jazz au Casino (de Paris).

Ce nom sera changé en celui de Fred Melé's Symphonic Jazz Orchestra lorsqu'il deviendra l'accompagnateur attitré de Mistinguett dans diverses revues, de 1926 à 1929, au Moulin Rouge : Ça, c'est Paris, Paris qui tourne, Paris Miss...

De cette période, datent plusieurs titres de la Miss y compris le très connu "On m'suit" (Pearly, Chagnon, Mistinguett, Lelièvre), déjà mentionné en notre page sur la Miss, chanté en duo avec un tout jeune Jean Gabin, dont le rythme est tout à fait dans le style "Fred Melé" :

"On m'suit"

Disque Pathé n° X3618 - 1928


Parmi les titres Melé-Mistinguett

  • "Ça, c'est Paris" - Odéon 166.010
  • "Il m'a vue nue" - Odéon 166.010
  • "La java de Doudoune" - Odéon 166.106
  • "C'est un petit rien" - Odéon 166.107
  • et plusieurs autres

Note : Pas les premières collaborations entre la Miss et Melé puisque Martin Pénet, dans son encyclopédique biographie de La reine du Music-Hall [5] mentionne "Le Fado" paru chez Pathé quelque temps auparavant (n° 4250, X4010)

Melé au Casino dès 1923 ? - C'est ce que semble mentionner Hélian citant Melé :

"Je dirigeais, à la Gaité-Rochechouart, en répétition, un pot-pourri tiré d'une revue à la mode. Nina Myral, Saint-Granier, Maurice Chevalier, en scène, chantaient un couplet burlesque, "Les épipi... les épiciers", quand entra Mistinguett suivie de Léon Volterra. Je n'étais alors pour elle qu'un inconnu. Brusquement, elle pointa vers moi un doigt autoritaire et s'écria, se tournant vers Volterra : "C'est ce chef d'orchestre que je veux pour la prochaine revue du Casino !" C'est ainsi que j'entrai dans ce célèbre établissement de la rue de Clichy." (Opus cité, note [3] - page 37)

Au Casino ? Au Moulin Rouge plutôt car la Miss et Fred Melé ne paraîtront ensemble au Casino qu'en 1929 dans la revue Paris Miss puis, en 1931, dans Paris qui brille. - À moins que nos sources soient fautives et que l'entrée de Fred au Casino ait eu lieu en 1923 et qu'il ait suivi la Miss au Moulin Rouge en 1925 ce qui est peu probable :

  • du 2 octobre 1910 au 26 février 1921, Mistinguett est au Casino de Paris dans la revue Paris qui jazz - L'orchestre est celui de Laurent Halet
  • du 29 octobre au 17 avril 1922, Paris en l'air - L'orchestre est celui des Mitchell's Jazz Kings
  • du 21 décembre au 24 mai 1923, Paris en douce - Orchestre (?)
  • du 27 mai 1923 au 8 juillet 1924, la Miss est en tournée
  • du 10 novembre au 21 juin 1925, revue Bonjour Paris - Orchestre (?)
  • du 23 juin au 15 juillet 1925, revue Paris en fête, 2e version de Bonjour ParisMistinguett se fait remplacer par Parisys pour aller au Moulin Rouge...

(source : Martin Pénet - Voir note [5])

Ce que l'on sait, c'est que Fred est au Moulin Rouge en 1927 où il dirige la revue Paris aux étoiles, revue qui met en vedette Jeanne Aubert pour qui il a composé la musique de "Place Blanche" (paroles de Jacques-Charles).

Quoiqu'il en soit, après le Moulin Rouge et le Casino (ou le Casino et le Moulin Rouge), Fred Melé et son orchestre passa au Gaumont Palace en 1933 puis, en 1934-1935, il devint le chef attitré du Rex. En 1935-1936, il dirigea le grand orchestre de l'Alhambra (où, en février et mars 1936 paraîtra la Miss dans une revue intitulée Fleurs de Paris).

En 1937, il assura la direction musicale du Théâtre Mogador et, en 1940, celle du Théâtre Marigny.

Durant l'occupation, on l'entendit au Cirque Médrano. Puis après...

Voir également Jean Fred Melé.


Discographie

Personne semble avoir voulu jusqu'à présent dresser une discographie complète de Fred Melé, de Fred Melé's Syncopaters, de Fred Melé's Jazz Symphonic Orchestra ni une liste des enregistrements auxquels Fred Melé auraient contribué. - Il pourrait s'agir là d'une entreprise qui pourrait durer des mois sinon des années car, au hasard de nos recherches, nous avons retrouvé des collaborations non seulement avec Mistinguett mais avec Chevalier, Saint-Granier, Damia, Boucot... autant dire tous les artistes à la recherche d'une orchestration particulière car s'il y a une chose qui caractérise les enregistrements de Fred Melé, c'est leur singularité. - Un seul problème : Fred Melé a été au jazz en France ce qu'un Paul Whiteman a été au jazz aux États-Unis ; or Paul Whiteman...

Jacques Hélian le classe parmi les "précurseurs" [du jazz en France] [3] ... avec raison, car, avec soixante, soixante-dix ans de recul, on est obligé de constater que ce que Melé a fait, ce n'était ni du jazz, ni de la musique d'avant-le-jazz : une sorte de musique symphonique, aux accents jazzés certes, mais sans ce côté spontané ni le rythme qui allait permettre à Trenet de littéralement bondir hors des poncifs de l'époque.

Pour illustrer notre propos, deux enregistrements où, n'accompagnant personne, il a donné libre cours à son "imagination", les deux comparés à deux autres, l'un, de la même pièce enregistrée par l'orchestre de Pierre Chagnon, l'autre où il accompagne Mistinguett :

1) "La Fille du Bédouin" (La caravane) de l'opérette et du film Comte Obligado
(Musique de Raoul Moretti)

Par Fred Melé's Symphonic Jazz - circa 1929 [6]


Par Pierre Chagnon - Musique tirée du film - 1935

2) "Ça, c'est Paris" de la revue du même nom
(Paroles de Lucien Boyer et Jacques-Charles, Musique de José Padilla)

Par Fred Melé's Symphonic Jazz - circa 1929 [7]


Par le même, accompagnant Mistinguett - 1927 [8]


[1] Qui n'a, de martiniquais, que le titre. Cette chanson dite "nègre" n'étant que l'adaptation en français par Henri Christiné de "The Belle of the Barber's Ball" de George M. Cohan. (voir également ici)
[2] D'Henri Christiné et Alexandre Trébisch.
[3] Les Grands orchestres de Music-Hall en France - Filipacchi, 1984.
[4] En 1917, réclamé par Léon Volterra, Louis Mitchell est de retour à Paris avec un orchestre connu sous le nom de Mitchell's Jazz King. Il y resta assez longtemps puisque, en 1921, il accompagne sous ce nouveau nom Mistinguett dans un enregistrement de "J'en ai marre" (Pathé 4052)
[5] Mistinguett, la reine du Music-Hall - Éditions du Rocher, 1995
[6] Retrouvé sur You Tube
[7] Disque Odéon, numéro 166.082 (à confirmer)
[8] Pathé X4338