SOMMAIRE & NOTES

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33


Pour télécharger le texte au complet - avec photos et notes partielles (format PDF)
Voir ici.

Si vous ne possédez pas le logiciel Acrobat Reader (gratuit - de la firme Adobe Systems Incorporated) qui permet de visualiser les fichiers écrits dans ce format, Voir ici.



Virginie Déjazet




Frédérick Bérat




Virginie Déjazet




Émilie Durand




Guyon, fils




Monréal et Blondeau




Mlle Andréani

Paulus


TRENTE ANS DE CAFÉ-CONCERT


Notes

Voir à Sommaire et notes pour les remerciements et autres renseignements.

Les notes sont en couleur entre crochets ( [...] ).

Les noms en gras et en couleur renvoient vers une page plus complète.


Chapitre XVII

Virginie Déjazet - Un spectacle merveilleux ! - "La Lisette de Béranger" - Frédéric Bérat - Guyon fils - Robert Planquette - "Savoir lire" - Une représentation au camp - La logique de papa Doudin - Frédérick-Lemaître - "T'ons marié Thérèse" et "La Tour St-Jacques" - Montréal et Blondeau - La douzaine - Les Armanini.


Le 29 septembre 1874, M. Émile Blavet organisait à l'Opéra (Salle Ventadour) une représentation au bénéfice de Virginie Déjazet, tombée presque dans la misère.

Soirée vraiment extraordinaire et programme que le premier des milliardaires de nos jours ne pourrait composer :

Le tri de Guillaume Tell, par Tamberlick, Faure et Belval ; le duo des Huguenots, par Mme Gueymard-Lauters et Villaret ; le 3e acte de Tartuffe, par Got, Delaunay, Talbot, Mmes Favart et Provost-Ponsin ; le 2e acte de Coppélia, dansé par Mlles Beauregard, Eugénie Fiocre et M. Cornet ; les Jurons de Cadillac, par Landrol et Céline Montaland ; Monsieur Garat, joué par Déjazet - elle avait 77 ans ! - Calvin, Pierre Breton, Lhéritier, Grenier, Grivot, Gil-Pérès. Dumaine y faisait un porteur d'eau, Laferrière et Achard [1], représentaient deux gardes nationaux et dans la figuration on voyait Mmes Paola Marié, Judic, Legault, Céline Montaland, Suzanne Lagier, Silly [voir chapitre 10], Van-Ghell, Marie Leroux, Ugalde, Marie Cabel, Hortense Schneider, Rousseil, Dica-Petit, Scriwaneck, etc., etc., et MM. Frédérick Lemaître, Bouffé, Henri Monnier, Chollet, Roger, Paulin Ménier, les frères Lionnet, Léonce, Milher, etc.


[1] Léon Achard, ténor, né en 1831, décédé en 1905. - Fils de Pierre-Frédéric Achard, il fut de la création de Mignon d'Ambroise Thomas.


Mlle Legault

Mlle Silly

Paola Marié

Madame Van-Ghell

Céline Montaland

Léonce

Léon Achard

Judic

Suzanne Lagier

Dica-Petit

Frédérick Lemaitre

Dumaine

Eugénie Fiocre

Rousseil

Menier Paulin

À la fin, Déjazet, entourée par tous les célèbres artistes, chanta "La lisette de Béranger", de Frédéric Bérat ; et elle avait voulu que ce fût Charles Malo, le chef d'orchestre de l' Eldorado, qui vînt tenir le bâton et l'accompagner dans Monsieur Garat et dans la Lisette.

Hommage rendu au café-concert dans la personne de notre bon Malo et dont nous étions tous fiers.
Recette : 79,010 frs. !!!...

Un peu plus d'un an après cette merveilleuse soirée, le 1er décembre 1875, Déjazet, qui s'était fait transporter chez son fils, rue Clavel, à Belleville, mourait d'un épanchement au cœur. Elle avait pris froid en revenant de chanter "La lisette de Béranger", au bénéfice de Mme Grenier.

Les funérailles ont été splendides ! Tous les artistes de Paris étaient là et aussi tous ceux qui avaient applaudi Déjazet dans son temps.

À Belleville, à la maison mortuaire, nous étions plus d'un millier ; au Père-Lachaise, on était cent mille ! Suprême témoignage d'admiration rendu à la grande artiste, à l'excellente femme, à la mère dévouée que fut Déjazet.

***

Je continue à enregistrer les noms des artistes qui passèrent à l'Eldorado et y conquirent la notoriété. Raphaël, voix superbe, talent sympathique ; Victor, comique excentrique, tout à fait désopilant ; puis, Émilie Durand, toute petite, toute mignonne, possédant une verve endiablée qui plaît beaucoup ; on le lui prouve.

Et le fils de Guyon débute à l' Eldorado.

Alexandre est un peu notre gosse à tous. Son père l'amène chaque soir afin qu'il l'aide dans sa transformation. Il est intelligent, débrouillard, nous l'aimons tous. Il suit toujours les cours du Conservatoire. Son père le destine à la composition musicale, rêve pour lui les lauriers de Lecocq, d'Offenbach... mais le goût des planches, du théâtre, le tient ; il veut jouer, être des nôtres. Tout le monde sait qu'il a réussi. Je lui dois la musique de plusieurs chansons, entre autres de J'ai gagné le gros lot et Hommage à la nature ; deux manières différentes, toutes les deux très bien faites.

Je viens de créer une chansonnette, "J'suis trop joli garçon", de François Lamy, qui m'a permis dans un type de paysan coquet, de déployer les ressources de ma voix, grâce à la musique charmante de Robert Planquette lequel depuis plusieurs années, s'essaye à l' Eldorado, produisant des choses fines, délicates, préludant aux grands succès qui germent en son cerveau. En plus de son grand talent de musicien, il possède une fort belle voix de baryton, qu'il manie admirablement. Tous les morceaux qu'il nous fait entendre sont trouvés doublement réussis. Quel lecteur de sa musique ! Nous le retrouverons souvent ici, jusqu'au moment où, quittant l'Eldorado, théâtre de ses premières joies artistiques - mais ne l'oubliant jamais, - il courra, de triomphe en triomphe, des Cloches de Corneville à Rip en passant par Surcouf. Et nous le reverrons, fidèle à nos premières jusqu'au jour où la Camarde mettra sa vilaine griffe sur ce vaillant et terrassera, à la fleur de l'âge, cette gloire de l'opérette française.

***

Une autre chanson, que me valut les flatteuses appréciations de la presse artistique, c'est : "Savoir lire !" Elle était due à la collaboration de Léon Labarre avec Ch. de Saint-Piat, musique de Ludovic Benza, le compositeur exquis. Cette chanson, au lendemain des victoires allemandes, dont on attribuait le mérite à leurs instituteurs, venait à son heure ; et les plaintes de vieil illettré, émouvaient fort le public.

Léon Labarre, un des auteurs de"Savoir lire !" a fait beaucoup de chansons pour l' Eldorado et quelques-unes sont demeurées populaires.

C'était un lettré ; ses couplets sont bien tournés, dans une langue claire et pure. D'accueil aimable et sympathique à tous, il n'avait (il n'a encore) que des amis. Il était très lié avec Perrin, ayant été son compagnon d'armes, et l'art les avait mis au régiment. Ils avaient sur la conscience la collaboration de quelques chansons et de quelques fredaines.

Ils étaient au 1er régiment de Chasseurs de France, à Mostaganem, en Algérie, en qualité de cavaliers de 2e classe, mais on les avait admis, comme élèves, dans le cénacle instrumental. Perrin raclait du violon, chantait fort bien la chansonnette et avait déjà joué la comédie à Lyon.

Labarre sortait du Conservatoire de Paris. Il était fils de Th. Labarre, le compositeur très connu, le harpiste attitré de la Cour de Napoléon III. Il avait des opinions classiques invétérées et, plein la tête, des vers qui ne demandaient qu'à sortir.

Au bout de huit jours nos deux gaillards se tutoyaient ; un mois après ils étaient célèbres au camp et réputés pour des farceurs de la plus belle eau. Un jour, ils imaginèrent d'organiser une représentation dramatique et lyrique dans l'enceinte du camp. L'autorisation leur ayant été accordée, ils s'attablèrent devant un flacon de vin espagnol, noir comme de l'encre, qui devait leur inspirer le programme à établir. Le nectar capiteux fit naître des projets fantastiques

Labarre - le classique - opina pour donner le 1er acte du Misanthrope, ou le 4e des Femmes savantes.

- Du flan ! riposta Perrin - et les femmes - et les décors - et les costumes - tu as tout ça dans ton sac ? Nous jouerons l'opérette.

- Orphée aux Enfers ?

- À nous deux  - Mince de figuration !... Sais-tu le rôle de Giraffier, dans les Deux Aveugles, d'Offenbach ?

- Non, mais je sais celui d'Hippolyte, dans Phèdre ; celui de Dorante, dans les Fausses confidences ; celui...

- Zut ! - tonna Perrin, avec cette voix qui en imposait aux lions du désert - tu apprendras Giraffier, moi je serai Patachon.

Et Perrin commença d'inculquer son rôle à Labarre, - de mémoire, car il fut impossible de trouver la pièce imprimée, même chez les mercantis les mieux approvisionnés de Mostaganem. Dans une baraque illuminée avec des chandelles de choix, une centaine de sous-officiers et de soldats, plus trois cantinières flanquées de leurs rejetons, acclamèrent les deux artistes avec des hurlements de Peaux-Rouges en délire. L'orchestre était composé de violon.

Au baisser du rideau (une couverture de cheval), Perrin-Patachon s'avança sur la planche qui avait servi de scène et, solennel, après trois saluts profonds, il dit au public émerveillé :

"Mesdames, messieurs, Giraffier et moi sommes touchés profondément de l'accueil que vous avez fait aux deux aveugles. Les aveugles, vous ne l'ignorez point, Mesdames, et messieurs - n'ont point besoin de lumière, puisqu'ils ne la verraient pas. Mais à vous, qui avez des yeux brillants comme les becs de gaz de la place Bellecour, à Lyon, il fallait de la lumière pour voir les deux aveugles. Or ces deniers, s'ils n'ont pas d'yeux, ont de poches... la preuve, c'est qu'elles sont vides. Comment faire alors pour subvenir aux frais de cet éclairage a giorno, ce qui veut dire féerique ? Le moyen est tout trouvé, messieurs et dames : nous allons nous adresser successivement à chacun de vous pour pouvoir payer les chandelles... dixi !"

L'auditoire, riant aux éclats, ne se fit pas prier pour cracher au bassinet. Les frais couverts, il resta assez de numéraire aux deux artistes pour se payer un copieux frichti, à la cantine des musiciens.

Pendant que la gracieuse Juliette Baumaine nous chantait Je vous la souhaite bonne et heureuse et J'ai perdu ma tante ! elle a bien failli avoir un triste jour de l'an et perdre autre chose que sa tante ! Le feu a pris dans sa chambre de jeune fille. Heureusement les dégâts ne son que matériels. Voilà ! elle aura trop regardé ses meubles et, dame ! ses yeux incendient tout ! Le public lui a fait comprendre combien il était heureux de la voir saine et sauve ; et elle est sortie de scène assurée de la sympathie générale. Son mobilier, hélas ! ne l'était pas, assuré.

***

Hier soir, j'ai pu aller faire un tour aux Champs-Élysées et serrer la main aux camarades des Ambassadeurs. M. Ducarre, nouveau directeur, y remplace M. Doudin. Il faisait plutôt frisquet ; et nous sommes au mois de juin ! Cette soirée me rappelle celle où j'y chantais le Frileux de Planquette. Comme je joue mes personnages consciencieusement, entrant dans leur peau et les vivant, je faisais mine de grelotter tout le temps en disant les peines du Frileux. À ma sortie, le père Doudin m'attrape :

- Ah! ça, vous n'êtes pas fou de faire mine de geler devant le public ; il croit que c'est pour de bon et il n'a que trop l'envie d'en faire autant, de grelotter aussi. Faites-moi le plaisir de ne plus chanter cette chanson que lorsqu'il fera étouffant. Alors, ce sera de la bonne réclame ; on croira qu'il fait frais aux Ambassadeurs et on accourra.

***

J'ai profité d'un petit congé que m'a octroyé la Direction pour aller faire connaissance avec les Belges qui ont fait le meilleur accueil à la fleur de mon répertoire. À mon retour, j'entends une excellente artiste de la maison, Mlle Andréani, chanter le célèbre valse La Vague, dont les auteurs Olivier Métra et Armand Silvestre sont là, tous les soirs, à l'applaudir. Moi je viens d'avoir un très gros succès avec une paysannerie : J'ons marié Thérèse, de Laroche, musique de Pourny, qui fut certainement le plus beau succès que je remportai à l' Eldorado.

Elle était écrite musicalement, sur mes indications, pour faire valoir la flexibilité de ma voix, ce à quoi je tenais essentiellement.

Dans cette chanson quand venait le tour du frère de la mariée de chanter la sienne au dessert, je lui faisais dire La Tour Saint-Jacques. Cette jolie chanson du bon Édouard Hachin, sur laquelle Darcier avait écrit la ravissante musique que tout le monde connaît, était alors en pleine vogue et me valut un énorme succès. Comme le règlement de l'Eldorado ne permettait à l'artiste que de chanter une seule chanson, à son tour, j'avais trouvé ce truc pour violer la consigne. C'était intercalé dans J'ons marié Thérèse, ça ne comptait donc pas.

Et chaque soir, durant de longues représentations, le public réclama et acclama La Tour Saint-Jacques, et son interprète.

Seulement, il y eut bientôt du grabuge. Je dus quitter J'ons marié Thérèse : la Direction voulant constamment du nouveau. Le public ne protesta pas, mais il voulut quand même sa Tour Saint-Jacques.

On eut beau coller dans tous les coins de la salle, sur toutes les glaces, à la porte d'entrée, un avis disant que les artistes n'étaient pas autorisés à chanter d'autres chansons que celles portées au programme du jour, le public ne voulut rien entendre et exigea sa chanson.

Un soir, la salle se fit particulièrement tapageuse. Les cuillers rythmaient sur les verres les cris assourdissants de : La Tour Saint-Jacques !... La Tour Saint-Jacques ! Dans la coulisse, M. Renard me défendait d'obtempérer au désir bruyant du public. Mais celui-ci, pourtant si calme d'habitude, menaçait de tout briser ! Il fallut que M. Mouquin, alors commissaire de police du quartier, prît sur lui de conseiller au Directeur de me laisser rentrer en scène et de donner un coup de pied à son règlement pour apaiser le tumulte. Et je continuai à chanter chaque soir La Tour Saint-Jacques, mais en habit noir, et ma foi ! est-ce parce que le public, comme un grand enfant qu'il est, ne tenait plus au joujou qu'il avait obtenu par ses cris, est-ce parce que je ne chantais plus dans le costume de paysan de J'ons marié Thérèse, mais le succès alla s'amoindrissant et on peut enfin le rayer du programme.

Deux des bons auteurs de la maison, dont la collaboration sera féconde et spirituelle, qui deviendront les revuistes attitrés des théâtres parisiens pendant de longues années, Monréal et Blondeau ont eu l'idée de donner une suite à la célèbre opérette La fille de Mme Angot.

Ils ont fait un à-propos : La nuit des noces de la fille Angot.

Réussite complète ! Guyon, père, s'y montre en Ange Pitou, en fort de la hall, en Trénitz, en Louchard et ses transformations sont d'une vérité amusante au possible.

Moi, je fais Pomponnet et je suis bissé tous les soirs dans les couplets : Elle est tellement innocente ! Le public est jaloux de moi, car ma Clairette c'est Alida Perly. Ce qu'elle est jolie sous sa fleur d'oranger et comme je hume avec délices.

***

J'ai conté la disparition de la société de prévoyance des Anti-M..., qui avait si joyeusement fonctionné à l' Eldorado. Il y avait maintenant une lacune dans les relations des camarades. Perrin dont le cerveau était toujours en mal d'enfant, combla cette lacune. Il perpétra le projet d'une société pantagruélique, qui s'appellerait la Douzaine et aurait pour objet la réunion, dans un déjeuner mensuel, de douze camarades mâles, anciens ou actuels, de la Maison. Le beau sexe en était proscrit, - considéré comme mine à potins et perturbateur des agapes, à la bonne franquette.

Les douze premiers adhérents : Perrin et Pacra (qui avaient rédigé les articles des statuts) Paulus, Guyon, père et fils, Vialla, Bruet, Fusier, Denizot, Ch. Malo, Duhem et Delobel.

Voici quelques-uns de ces articles des statuts, qui donneront une idée de la fantaisie joyeuse ayant présidé à leur élaboration :

"Article VI. Chaque repas aura un Président nouveau, nommé entre le fromage et la poire, et accepté par des acclamations courtes, mais bien senties.

"Article X. Il est formellement interdit de parler boutique ou politique pendant le repas, soit par allusions, jeux de mots, allégories, etc., etc., sous peine d'une amende de deux francs à la première infraction, de cinq à la deuxième. À la troisième, expulsion du récidiviste.

"Article XIX. Le Président veillera à ce que les amendes soient intégralement payées, avant de prendre le café. À partir de ce moment, liberté pleine et entière et zut ! pour le Règlement, - sauf l'observance rigoureuse de l'article X.

"Article XXI. Pendant toute la durée du banquet, le président prendra le titre de Papa. Le secrétaire s'appellera le Pion et l'ordonnateur des repas sera le Goinfre.

"Article XXIII. Le Président ayant à sa gauche le Pion et, à sa droite, le Goinfre, devra faire l'impossible pour que la gaîté ne tarisse pas, en entretenant la verve des sociétaires qui, de leur côté, tâcheront de n'avoir pas besoin d'être chatouillés pour rire.

"Article XXV. On pourra, au dessert, chanter les gaudrioles les plus salées, pourvu qu'elles aient été spécialement composées pour la réunion. Chaque sociétaire est tenu d'avoir une petite nouveauté chaque mois, sous peine d'une amende d'un franc.

***

Parmi les artistes de valeur qui entrent à l'Eldorado dans les années 1874 et 1875, il faut citer M. Armanini, mandoliniste déjà célèbre, et la toute gracieuse guitariste Mme Armanini qui ont obtenu le grand succès qui les suivra partout. M. Armanini joue de la mandoline à faire rêver ; il en tire des effets merveilleux ; on croirait entendre un orchestre de flûtes, de violons et de harpes. Un gavroche résume l'impression générale :

"C'est épatant c'que c'type là y fait avec son jambonneau !"
 

***

«   Retour à la page d'introduction   »