SOMMAIRE & NOTES

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33


Pour télécharger le texte au complet - avec photos et notes partielles (format PDF)
Voir ici.

Si vous ne possédez pas le logiciel Acrobat Reader (gratuit - de la firme Adobe Systems Incorporated) qui permet de visualiser les fichiers écrits dans ce format, Voir ici.



Libert




Berthelier




Ouvrard




Mily Meyer




Jeanne Granier




Mlle Salinas




Mme Salinas dite Nixau




Mialet




Francis Chassaigne




Émile Mathieu




Bourgès

Paulus


TRENTE ANS DE CAFÉ-CONCERT


Notes

Voir à Sommaire et notes pour les remerciements et autres renseignements.

Les notes sont en couleur entre crochets ( [...] ).

Les noms en gras et en couleur renvoient vers une page plus complète.


Chapitre XX

Libert - "L'Amant d'Amanda" - Ouvrard - "La Dent de Sagesse" - Novations administratives - Mily-Meyer - Les Samedis de l' Eldorado - Salinas - Le ténor Mialet - Francis Chassaigne - Émile Mathieu et la belle Mme Mathieu - Les chœurs de Bourgès - Les débuts d'une grue.


En ce temps là, aucune ineptie n'aurait été acceptée à l' Eldorado, ni par la Direction, ni par le public. Vers la fin de 1876, un débutant vint y chanter la fameuse scie à la mode, l'Amant d'Amanda. Il ne fut pas sifflé, mais accueilli par un silence glacial, et comme on connaissait la signification de ce silence, le chanteur penaud fut invité à aller se faire applaudir ailleurs. Pour avoir du succès avec une chansonnette de cet acabit, il fallait être Libert

Pauvre Libert enlevé trop tôt à l'affection de tous ! Il avait commencé d'excellentes études, ses parents rêvant pour lui de devenir le défenseur de la veuve et de l'orphelin, - ce qui donne la gloire, - et des financiers véreux, - ce qui donne l'argent. Mais il préférait à l'étude du droit celle du répertoire dramatique et, à dix-huit ans, il débutait dans... la tragédie. M. Larochelle, directeur de théâtres de banlieue, l'admettait à s'essayer dans les confidents. La toge et le cothurne n'allaient pas à sa nature ; il les lâcha pour chanter de l'Offenbach et s'en fut en Égypte, dans une tournée de Mlle Desclauzas. Puis, trouvant sa voie définitive, il entrait au Concert et chantait les gommeux dont il a réellement créé le genre, tant il a mis, gaspillé de talent dans les idioties que l'on sait. 

Une voix chaude, vibrante, un masque très comique, une originalité d'allure particulière, lui ont permis de faire accepter et applaudir ses types-fantoches. Bon comédien, il eut pu réussir au théâtre d'où lui vinrent maintes propositions ; mais il s'était rivé le faux-col du gommeux au cou et il n'avait plus la force de l'en arracher. 

Ce souvenir du créateur de "Popaul", de "Canada", de cent autres inepties qu'il parvenait à rendre amusantes, est resté chez tous ceux qui l'ont connu ; mais la scie qui l'y a le plus ancré, ce souvenir, c'est "L'amant d'Amanda"

L'auteur de cette machinette, Émile Carré, bon chansonnier, poète à ses heures, a été martyrisé toute sa vie pour son œuvre ! Ce qu'il aurait donné pour ne l'avoir jamais commise ! Il a eu beau, depuis, s'exercer à faire des chansons, parfaites comme fond et comme forme, troussées avec ferveur, pour bien prouver qu'il savait, il est toujours resté, pour le public et les confrères blagueurs, l'auteur de "L'amant d'Amanda" ! 

*** 

Je vais, un soir, à mon ancien Concert du XIXe Siècle pour entendre des débutants qui y ont réussi. L'un a le masque comique, la voix timbrée, la diction claire et mordante. 

Il s'appelle Ouvrard et, dès son apparition sur la scène parisienne, on devine que bientôt il y marquera sa place parmi les premiers. 

Il chante "L'invalide à la tête de bois", chansonnette amusante, créée par Berthelier et que Bourgès a interprété depuis. Mais Bourgès y était lourd, vulgaire, et Ouvrard y met une fantaisie plus légère, plus artistique. 

Il est tenace, travailleur et a une confiance imperturbable dans son étoile. Tout ce qu'il faut pour arriver. 

Dans les paysanneries et les militaires, il créera un genre où il ne sera pas égalé.

Il a une façon de manœuvre ses doigts, gantés de coton blanc, - surtout l'index de la main droite, - qui emballe le public. Il rythme la musique avec des choquements de genoux d'un effet irrésistible. 

Il créera nombre de scies célèbres du Concert, et dont, le plus souvent, il sera l'auteur. 

Après"L'invalide à la tête de bois", on s'empresse de lui apporter des nouveautés à lancer et la fameuse "Dent de sagesse" voit le jour. 

***

Des novations à l'Eldorado. Un nouveau régisseur, Louis Capet (dont le fils Lucien Capet, est devenu le célèbre violoniste, de renommée universelle). 

Bon garçon, cordial, sympathique, pas renaudeur pour un sou ; un camarade de plus pour nous.

Puis un nouveau secrétaire général, qui occupera une belle place dans la hiérarchie des Associations de la Presse. Dès maintenant, il rédige des comptes-rendus à l'Eldorado-Progamme ; sévère, mais juste, il ne mat pas les louanges là où il n'y a place que pour les critiques. Il les signe Ange-Pitou d'abord et plus tard André Rambert. Très correct, d'une affabilité froide mais réelle, il aura fort à faire avec les auteurs dont il lit les œuvres et juge s'il y a lieu de les soumettre à l'approbation définitive de M. Renard. Il s'en tirera avec une réputation méritée de courtoise impartialité. 

Auteur d'une très complète étude sur l' Eldorado et sur les services que cet établissement a rendus à l'art lyrique.

Et début d'une nouvelle étoile. 

Une gentille poupée, articulée artistiquement, qui n'a qu'un filet de voix, mais combien sympathique !... qui n'est pas une beauté, mais possède une physionomie expressive, intelligente ; des yeux qui parlent. Un gavroche à la diction juste et joyeuse. 

C'est Mily Meyer

Sa famille avait rêvé pour elle une carrière brillante ; elle la voulait teneuse de livres et lui faisait apprendre la comptabilité à l'école professionnelle. Mais la famille propose et la vocation dispose. Or, sa vocation, c'était le théâtre. Elle adorait la chanson. Toute gosse, elle savait par cœur les refrains des chanteurs des cours et les roucoulait du matin au soir. Un vrai pinson, quoi ! 

Oh ! jouer, chanter sur une scène, devant le public ! Quel rêve ! Mais, pour le réaliser, il fallait qu'une bonne fée décidât papa et maman à lui laisser lâcher le droit et l'avoir pour la rampe, car ils ne voulaient rien savoir quand elle leur disait ses préférences. Eh bien ! la bonne fée se présenta : elle était en redingote ; c'était le commissaire de police du quartier, qui, l'ayant entendue, affirma à ses auteurs qu'elle avait le Pérou dans la gorge et de l'esprit plein les gestes. Brave commissaire va ! 

Elle débute avec "Plus vite que ça" (de Dorfeuil) et "J'voudrais être un géant !" (de Villemer et Delormel). Les deux chansonnettes, musiquées par Frantz Liouville la guigne déjà. 

Un soir, Meilhac qui cherchait une devinette pour jouer dans son Petit-Duc, vient fureter à l' Eldorado. Il entend Mily Meyer chanter "La journée d'une mariée" et s'écrie : "La voilà bien, ma petite Duchesse rêvée !... au moins, celle-là a l'air d'avoir sa fleur d'oranger !" Il revient avec Koning, le directeur de la Renaissance ; on paye son dédit et on l'enlève. 

Succès ! Elle fait bonne figure, même à côté de Jeanne Granier. Elle était lancée sur le chemin de la gloire.

Son talent s'affinera de jour en jour au contact des grands camarades et elle sera la créatrice inimitable de Benjamine dans Joséphine vendue par ses sœurs

***

Le samedi était le grand jour à l' Eldorado

À deux heures, répétitions à l'orchestre. Tous les artistes étaient là, anxieux de la création à faire le soir, attentifs au geste de Malo conduisant un excellent orchestre qui comprenait maints solistes de premier ordre, entre autres le cor Penable et le piston Lachanaud. 

Avant, et après la répétition, auteurs et artistes se rassemblaient au café de l'Eldorado, buvaient à la réussite des œuvres à lancer le soir et complotaient de nouveaux succès. 

Ces samedis étaient attendus impatiemment par les habitués, aussi exacts que les mardistes de la Comédie-Française, et qui n'auraient pas, pour un empire, manqué les premières auditions. Les auteurs, dans les coulisses ou sur l'escalier au fond de la salle, attendaient, avec angoisse, que l'artiste, rappelé, vint livrer leur nom à la foule enthousiaste. Car alors on nommait les auteurs. Le public avait ses favoris aussi bien parmi ces derniers que chez les artistes. 

Il y avait alors un peu de gloire à faire des chansons et l'on s'efforçait à les fignoler, à en châtier le fond et la forme. 

Aujourd'hui, ce n'est plus que du mercantilisme et le seul désir de beaucoup d'auteurs (que le public ignore) c'est de partager, avec l'artiste qui lance sa chansonnette, les bénéfices qu'elle ne peut manquer de rapporter, puisque, grâce à la combinaison, la chose sera chantée longtemps. Aussi n'ont-ils plus le souci du bon comique, des couplets bien faits ; ils se contentent de bâcler les insanités que l'interprète réclame comme étant d'un effet plus certain sur le gros public. 

Il est vrai que le public d'alors n'était pas tout à fait le même que celui d'aujourd'hui. Voici ce qu'en disait Jules Claretie dans l'Opinion nationale : "Au café-concert (je le voyais l'autre jour à l' Eldorado) l'ouvrier, l'employé, le petit rentier vont s'asseoir, en famille, avec femmes et enfants. Tout cela se groupe autour de la même table, se presse, regarde, écoute. Il faut voir cette foule attentive, ce silence, ces admirations naïves. Voilà le vrai public, frémissant à la moindre parole réchauffante glissée dans une romance, et faisant de tout fort bien justice."

À présent le nouveau public ne frémit plus guère qu'au mot obscène par un pitre ou à la vue des charmes sans gaze de Mlles Tata, Nana et autres, figurant des beautés à tout faire dans les revues du jour. 

***

En 1877, à l'Eldorado, avaient eu lieu les débuts d'une chanteuse de genre et d'opérette, Mlle Salinas. On a très applaudi sa voix chaude, un timbre agréable, sa diction intelligente et ses gestes gracieux. Elle est fort jolie et a dit à ravir une mélodie d'Armand Gouzien, "Le colibri".

Plus tard, elle jouera aux Nouveautés, dans Le cœur et la main, sous le nom de Nixau et les journaux pourront annoncer qu'une nouvelle étoile vient de se lever au firmament des théâtres. 

*** 

L'été, le service fini, j'avais plaisir à m'en aller souper chez la maman Champagne, comme nous l'appelions familièrement. Elle tenait un restaurant-marchand de vins, dans la rue Boissy-D'Anglas ; elle était assistée par son fils Henri, et sa fille Nini trônait au comptoir. 

Tous les artistes y fréquentaient, mais trois d'entre eux étaient particulièrement choyés. C'étaient Plessis, Mialet et moi. 

Qui n'a connu Mialet dans le monde des concerts ? C'était un Bordelais, ténor barytonnant, à la voix puissante, inlassable, haut en couleurs, large d'épaules, fort comme un taureau. 

Un type de beau garçon boucher, mâtiné de garçon coiffeur, chanteur favori de ces dames dont les cœurs hospitaliers s'offraient à la douzaine chaque soir. Fort bon garçon, mais d'une naïveté qui faisait nos délices et le rendait le point de mire des blagues de Plessis

Il disait volontiers d'une chose supérieure : c'est le nègre plus ultra, mais je lui avais fait modifier ce latin de cuisine et il prononçait maintenant : le nec Paulus ultra. Il ne se fâchait jamais de nos railleries ; seulement il ne fallait pas qu'un étranger s'en mêlât. Il n'avait pas la langue facile à la riposte, mais le poing c'était autre chose. Et quel poing ! Il a embrassé la carrière italienne et, sous le nom de Métillio, a chanté les forts ténors à l'étranger avec grand succès.

***

Francis Chassaigne, l'excellent compositeur, l'auteur de tant de succès au concert, savait bien que j'étais un chanteur et que ma voix valait la peine qu'on s'occupât d'elle. Aussi me fit-il, sur des paroles de Dorfeuil, une chanson tout à fait réussie : "À la santé de ma belle-mère !" Il m'avait mis un si aigu naturel que je poussais avec un tel brio qu'il me valut, dans toutes mes tournées du Midi, un succès fou ! Dans le Midi, le public attend la note ; seulement, malheur à l'artiste dont la voix, défaillant un jour, ne la donne pas cette note. Il est fini à jamais ! 

Un de mes confrères me félicite de ma note

- Ah ! - dit-il, - si j'en avais une comme ça ! 

Je crois bien !... le pauvre est presque aphone, ce que ne l'empêche pas d'être un des meilleurs artistes qui aient paru au Concert. C'est Émile Mathieu, Parisien, fils d'un restaurateur de la rue Montmartre, que se sentit de bonne heure la vocation de débiter des monologues dramatiques. Ceux que sont destinés à faire rire commencent toujours par essayer de faire pleurer. c'est au Café Moka qu'il se fit connaître, ou plutôt que sa femme le fit connaître. 

Émile Blavet (Parisis), dans son amusante Vie Parisienne, a conté l'histoire originale de ce ménage. Or, comme il m'a autorisé à puiser, sans vergogne, dans son trésor d'anecdotes, j'en tire celle-ci pour le plus grand plaisir de mes lecteurs, C'est écrit en 1884. 

"Le Café Moka, tout à fait inconnu de la génération actuelle, était voisin de la Brioche, où se sont tant de fois assouvis, à bon compte nos appétits de vingt ans, alors que nous avions la bourse souvent légère et l'estomac toujours creux. Le soir, les illuminations de sa façade égayaient les abords de la rue de la Lune, sombres comme l'entrée d'un coupe-gorge. Cet établissement fut en grande vogue de 1850 à 1856 ; et cette vogue, il ne la devait ni au choix des consommations, ni à l'excellence du personnel artistique, ni à la variété du répertoire. Ce n'était ni pour la limonade ni pour la musique qu'une foule idolâtre prenait, chaque jour, le contrôle d'assaut. La great attraction qui soulevait ce fanatisme, c'était Mme Mathieu. La belle Mme Mathieu ! Les Parisiens d'alors en avaient plein la bouche. Il semblait qu'ils eussent pris pour devise : Veder la bella donna Mathieu, poi mori !

"En ces temps reculés, où l'on n'abusait pas encore du mot "étoile", Mme Mathieu, sans en avoir le nom, était l'étoile du Café Moka. Il serait plus juste de dire qu'elle en était la poule aux œufs d'or, car elle seule faisait recette. Ces sept lettres sur l'affiche étaient synonymes de maximum. Le reste n'était que hors-d'œuvre. Pour expliquer cette action foudroyante sur les couches les plus diverses du public, vous rêvez sans doute une artiste complexe, joignant à la spirituelle grimace de Bonnaire le brio populaire de Faure et l'art profond de Thérésa. Pécaïré ! L'art, le brio, l'esprit, qu'en eût fait cette triomphante, puisqu'elle n'avait qu'à paraître pour conquérir tous les cœurs ? L'originalité de Mme Mathieu, c'est précisément qu'elle n'avait aucune de ces vertus souveraines, c'est qu'elle ne chantait pas. Elle était là pour l'œil et non pour les oreilles ; et de même que Vénus avait gagné Pâris par la seule puissance de ses charmes, elle aussi, par la seule exhibition de sa beauté rayonnante, ensorcelait Tout-Paris. Quand on l'avait vue une fois, il vous restait d'elle l'impression ineffaçable que vous laisse la contemplation, même rapide, d'un chef-d'œuvre de l'art antique."

Berthelier m'affirme que, de tous les souvenirs de ses débuts, le plus vivace était encore celui de cette admirable créature étalant, pour un morceau de pain, ses formes de déesse, sur ces pauvres tréteaux, dans le cliquetis de verres et la fumée du tabac. Et ses petits yeux pétillaient d'une flamme égrillarde en me dépeignant ce masque d'Athénienne, couronné par une chevelure d'un noir  bleu, ces prunelles noyées d'une langueur molle, ces lèvres pourpre, ce cou de cygne continuant des épaules pétries dans des lis, cette gorge audacieuse et troublante, cette taille exquise et ces bras volés à la Vénus de Milo. La dentition seule était légèrement défectueuse, mais Mme Mathieu n'ouvrait jamais la bouche, pour ne pas gâter, par une fausse note, la divine harmonie. 

Cette merveille était la propriété légale d'un chanteur de chansonnettes, nommé Mathieu, qui s'était fait une spécialité des tourlourous pleurards et mélancoliques. 

Ce Mathieu, comme quelques-uns de ses collègues, Milher et Baumaine, entre autres, était à la fois artiste et parolier, et se faisait de petites rentes en taquinant la Muse à ses moments perdus. 

Un jour, la discorde se mit dans le ménage. M. Mathieu tira de son côté, madame du sien. Puis le Café Moka disparut dans l'éclosion du Paris moderne, et, avec son ciel en carton-pâte, s'effondra l'étoile aux rayons étincelants. Depuis, les astronomes n'en ont jamais retrouvé la trace.

***

Mathieu a composé quelques chansons dont la fameuse "Ces veinards de Bidard !" et en a créé, pour le compte des autres auteurs, une grande quantité, les imposant au public par sa fin bonhomie, sa diction comique, son naturel exquis. Qui ne se souvient du plus grand peut-être de ses succès, " Les Suites d'un premier lit", où il était étourdissant de naïve cocasserie.

***

Je continue à chanter une chanson nouvelle par semaine. On n'a pas le temps de se rouiller ici. La chanson est plus ou moins bonne mais, grâce à mon travail acharné, j'en tire toujours quelque effet nouveau et le public s'en montre très satisfait.

J'ai créé la "Belle Charbonnière", de Baumaine et Blondelet, musique de Pourny. Ça me vaut un gros succès. 

C'est une grande scène à parlé, où je monologue en charabia, et j'ai toujours eu grand plaisir à imiter l'accent auvergnat. Je peux dire que j'y excellais et la bourrée n'avait plus de secret pour moi. 

On m'y disait plus naturel que Bourgès qui, pourtant, s'était fait une réputation dans ce genre. 

Bourgès était alors en pleine vogue. 

Qui n'a connu le jovial poivrot, à la gaîté si communicative, aux attitudes si comiques dont s'esclaffait la salle ? 

Aux galeries supérieures, on répétait des refrains en chœur ; il en était enchanté et, d'ailleurs, il s'arrangeait pour qu'il en fût ainsi. 

Avant de lancer une nouveauté, il s'entendait avec le chef de claque qui racolait des amateurs, à la bourse légère, et les réunissait dans une salle de l'estaminet voisin. On arrosait d'abord copieusement les gosiers altérés ; puis, les organes étant au diapason voulu, Bourgès fredonnait le refrain destiné à devenir célèbre, après avoir remis, à chacun des choristes improvisés, un petit format de la chanson. 

Deux heures après, au Concert, sur un signe du chef de claque, nos hommes reprenaient en chœur le refrain du comique. 

Les Messieurs des fauteuils protestaient bien un peu d'abord, puis finissaient par faire chorus. Chacun se sentant fier de figurer pour une part dans le succès de l'artiste. 

Bourgès avait la voix jolie, bien timbrée, sympathique. Il a fait souvent la musique de ses chansons à refrains, dont la mode a disparu avec lui.

Parmi ses grands succès populaires, il fait citer "En revenant de Suresnes" de Joinneau et Delâtre, musique de Spencer.

***

Une amusante anecdote, au cours d'une de mes tournées. 

Dans un théâtre-concert, on vient d'engager une nouvelle femme, belle, admirablement faite, mais naïve, à rendre des points à toutes les Colinettes des deux mondes. 

Un jour on devait répéter une saynète à deux personnes, deux travestis (dont l'un muet), l'Invocation à Éros

L'actrice désignée par le rôle muet d'Éros envoie un télégramme : elle est malade. Il faut répéter quand même. Le regard du directeur tombe sur notre grue. 

- Eh mais ! dit-il, X... fera l'affaire. Approchez, mon enfant, allez mimer ce rôle... Rien à dire... Placez-vous là, au pied de cet arbre. Vous faîtes semblant de dormir et quand Daphnis vous adressera la parole vous ouvrirez l'œil et vous sourirez, voilà tout. 

- Oh ! oui... c'est pas malin ! 

- Allez-y ! crie le directeur.

Daphnis, qui vient supplier le dieu d'amour de lui être favorable, s'approche de notre dinde qui figure ce dieu, et d'une voix suppliante, lui dit : "Je viens à toi, Éros !

Elle n'a pas fini que l'interpellée se dresse et bondit sur Daphnis à qui elle crêpe le chignon avec fureur. Tout le monde est stupéfait ! On arrache avec peine le pauvre amoureux des griffes du dieu d'amour. 

- Mais qu'est-ce qui vous a pris ? hurle le directeur.

- Alors, vous croyez que je vais me laisser traiter comme ça par cette propre à rien ? 

- Mais elle ne vous a rien dit ! 

- Je n'ai pas entendu alors  - Elle a dit : "J'viens à toi, hé ! rosse !"

Ce fut l'unique début au théâtre de cette jeune oie qui dut se contenter du métier plus en rapport avec ses facultés intellectuelles et où elle donnait toute satisfaction à son public. Et dire qu'il y en a des centaines comme ça, belle filles en rupture d'atelier, que certains directeur accueillent parce qu'elles les paient pour s'exhiber en public, dans toute leur impudeur.

***

«   Retour à la page d'introduction   »