Cafés-Concerts et Music-Halls

Attention : cette page et ses annexes seront amendées au fur et à mesure que ce site fera référence, notamment dans ses fiches biographiques, aux Cafés-Concerts et Music-halls. Nous ne pouvons que trop vous recommander de la consulter régulièrement.

Dans la liste qui suit, en orange, les établissements qui ont gardé leur nom et (ou à peu près) leur vocation première.
En gris, les établissements dits "secondaires".

Note : en bas de page, on trouvera des liens vers d'autres photographies d'établissements, de programmes, d'affiches et vers une liste (non exhaustive) des établissements de province.


Un clic agrandit ou élargit la plupart des photos qui suivent.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W XYZ
(Cliquer sur l'index pour changer de page)

T


  • Tabarin (Bal) - 36, Rue Victor Massé, 9e

    Salle construite, en 1904, selon les plans du compositeur et chef d'orchestre Auguste Bosc qui y présente, tout d'abord, des attractions diverses : acrobates, luttes, bals costumés. Lorsque le Moulin Rouge est incendié, en 1915, c'est là que se retrouvent les fameuses danseuses du French Cancan mais un temps seulement car le tout est transformé en skating (patinage) jusqu'aux environs de 1920, date à laquelle on retourne aux attractions du début avec des concours de chapeaux, etc. - À partir de 1933, on y présente des revues et divers spectacles jusqu'en 1953.
    - Voir photos -

    Aujourd'hui : immeuble résidentiel (Retour au plan de Paris)
 
  • Temple (Concert du) - 18, Rue du Faubourg-du-Temple, 11e

    Cinéma (Le Consortium) en 1912, il ouvre Concert du Temple, en 1922. Fermé, en 1930, pour redevenir un cinéma : Templia puis Action République, puis Théâtre Le Temple.

    Aujourd'hui : théâtre (Retour au plan de Paris)
 
  • Terminus - 14, Place Musset, 17e (Rond-point Maillot Neuilly)

    De 1914 à 1918
 
 
  • Ternes (Concert des) - 5, Avenue des Ternes, 17e
 
 
  • Tertulia [La] - 7, Rue de Rochechouart, 9e

    Ouverte en 1871, par Victoire Macé et Louis Montrouge. Ces derniers l'abandonnent pour poursuivre leurs carrières lyriques, en 1873. Les Folies Montholons (théâtre et concert) la remplacent alors jusqu'à sa fermeture, en 1879, où elle est remplacée par une église catholique gallicane.

    Aujourd'hui : commerce & appartements (Retour au plan de Paris)
   
 
  • Théâtroscope - 35, Boulevard des Capucines, 2e

    En 1901
 
 
  • Tivoli Folies du Gros-Caillou - 21, Rue Duvivier, 7e

    Ouvert vers 1870, devient le Cirque Métropole en 1900, puis Cirque de Paris, en 1907 avec entrée aux 18,20, Avenue de la Motte-Piquet. Il revient à la chanson en 1920, mais le cirque y fait son retour dès 1921. Il ferme ses portes dans les années '30 pour être définitivement rasé.

    Aujourd'hui : immeuble résidentiel (Retour au plan de Paris)
 
  • Tivoli - Waux-Hall (ou Vauxhall) - 12, 14, 16, Rue de la Douane (actuelle Rue Léon Jouhaux), 10e

    Créé, en 1764, rue de Bondy (aujourd'hui Rue René-Boulanger), le Vauxhall d'été est installé au niveau de l'actuel n° 48. En 1777, le percement de la rue de Lancry le fait disparaître.

    Il réapparaît en 1785, Rue Samson (qui devient plus tard la Rue de la Douane, puis la Rue Léon-Jouhaux). Il remplace à la fois le Vauxhall d'été précédent, mais aussi le Vauxhall d'hiver de la Foire Saint-Germain, abandonné. En 1841, il s'installe plus bas, aux 12-14-16 dans la Rue Neuve-Samson devenue rue de la Douane, à proximité du nouveau canal Saint-Martin. Une entrée Rue de la Douane et la sortie Rue du Faubourg-du-Temple. Valentin le Désossé y commence sa carrière. Cet endroit est aussi un haut lieu des réunions politiques (houleuses !) de la seconde moitié du 19e siècle.
    Eden Palace (lieu de distraction), puis Tivoli Cinéma jusqu'en 1957, année de sa démolition.

    Aujourd'hui : immeuble résidentiel
 
  • Trianon - 80, Boulevard Rochechouart, 18e

    Inauguré, en 1894, détruit par un incendie, en 1900, réouverture, en 1902, mais transformé en théâtre (Trianon-Théâtre puis Théâtre Victor-Hugo, Trianon lyrique et à nouveau Le Trianon) ; redevient music-hall, en 1936, mais peu de temps après, un cinéma (avec tout de même des "attractions" à l'entracte) jusqu'aux années soixante, puis cinéma seulement. Classé à l'inventaire des monuments historiques, le Trianon redevient une salle de spectacles en 1992.

    Aujourd'hui : salle de spectacles (Retour au plan de Paris)
 
  • Trois Baudets - 2, Rue Coustou, 18e

    Sur l'emplacement d'un ancien dancing, le Cœur de Montmartre (à la place de l'ancien Cabaret de la Chanson), on contruit en 1947, ce qui est en 1949, Les Trois Baudets. Ferme en 1960, pour rouvrir en 1961. En 1967, il devient un salon de thé puis un cabaret de nus, le Toplès. Pour mieux renaître en 2010 !

    Aujourd'hui : salle de spectacles
  • Truands (Cabaret des ou Taverne des) - 100, Boulevard de Clichy, 18e

    En 1910, Stein, un provincial "monté à Paris" y ouvre La truie qui file. Ferme et rouvre comme Araignée que remplace le Porc-épic dirigé par Maurice Mérall. Arrive William Burtey qui en fait l'Epatant. Changement de direction pendant la Première Grande Guerre et... nouvelle enseigne Les Truands. Nouveaux acquéreurs, en 1922, (Roger Férréol et André Dahl) et c'est le Théâtre des Deux Ânes. Alibert en prend la direction, en 1928.

    Aujourd'hui : salle de spectacles : Théâtre des Deux Ânes

Retour à la page d'introduction   ou   Photographies...   Affiches...   Programmes...   Établissements en province...